VIDEO. Présidentielle 2017: L’UMP définit les règles pour une primaire ouverte

ELECTION Selon RTL et «Le Monde», le parti de Nicolas Sarkozy a défini les dates et moyens de la premières primaire de l'UMP pour la présidentielle...

O. G.
— 
Nicolas Sarkozy, ancien président et patron de l'UMP.
Nicolas Sarkozy, ancien président et patron de l'UMP. — Thibault Camus/AP/SIPA

Selon les informations du Monde et de RTL, l’UMP a accouché d’une charte pour définir les grands principes qui régiront la première primaire de son histoire. Un document qui doit être approuvé par les dirigeants du parti qui vient de connaître un succès aux départementales. Les grands principes dévoilés par le quotidien du soir et la radio en cinq points :

Quand?

C’est un vote en deux tours qui est prévu. Le premier aura lieu le dimanche 20 novembre 2016 et, si aucun candidat n’arrive à 50 % des votes, un second scrutin sera organisé le dimanche 27 novembre.

Comment?

La liste des candidats sera rendue publique au plus tard le 21 septembre 2016, date du début de la campagne qui s’achèvera le 18 novembre 2016 à minuit. Les deux médias révèlent que 8.000 bureaux de vote seront tenus par 40.000 bénévoles dans toute la France.

Qui peut voter?

Le parti dirigé par Nicolas Sarkozy souhaite une primaire ouverte: toutes les personnes majeures (au moment de l’élection présidentielle) ayant une carte d’électeur peut glisser son bulletin. A deux conditions : s’acquitter de deux euros par scrutin et signer une charte de la primaire: «Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France.» En espérant qu’un maximum de sympathisants de droite et du centre se déplaceront.

Qui peut être candidat?

Puisque l’UMP défend une vision ouverte, l’UDI et même le Modem pourraient participer à cette primaire. Question polémique si l’on en croit les deux médias. Pour le moment, un seuil assez élevé de parrainages est défini : 25 parlementaires, au moins 250 élus répartis sur au moins 30 départements, et au moins 2.500 adhérents, à jour de cotisation, répartis sur au moins 15 départements, selon Le Monde. Une limite qui ne poserait aucun problème à Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé. Mais qui risque de discréditer Nathalie Kosciusko-Morizet et de Xavier Bertrand.. Et chaque candidat devra déposer un compte de campagne au plus tard le 20 décembre 2016 auprès de la Haute Autorité, qui le rendra public. Et respecter une limitation des dépenses qui n’est pas encore définie.