Center Parcs de Roybon: L'évacuation des «zadistes» attendra la décision du tribunal

ISÈRE Le préfet a annoncé qu'il n'ordonnerait pas l'évacuation du site tant que le tribunal n'a pas tranché les recours déposés par les opposants au village vacances...

20 Minutes avec AFP

— 

Un campement dressé par les opposants au projet du Center Parcs de Roybon (Isère), le 23 décembre 2014
Un campement dressé par les opposants au projet du Center Parcs de Roybon (Isère), le 23 décembre 2014 — Jean-Pierre Clatot AFP

Les «zadistes» [nom dérivé de l'acronyme Zad, zone à défendre] ne vont pas être délogés de sitôt. Mercredi, le préfet de l’Isère a fait savoir que les militants opposés au Center Parcs de Roybon ne seront pas évacués du site avant que le tribunal ait tranché les recours déposés par les opposants au projet de construction du village vacances.

«C'est un préalable: que le contentieux juridique soit purgé», a déclaré le préfet Jean-Paul Bonnetain qui a par ailleurs indiqué attendre la décision du tribunal administratif au fond sur la validité de deux arrêtés préfectoraux donnant leur feu vert au projet. Ces arrêtés ont depuis fait l'objet de plusieurs recours d'associations d'opposants.

Le tribunal administratif devrait rendre sa décision dans plusieurs semaines

En décembre, le tribunal administratif de Grenoble avait suspendu, dans le cadre d’une procédure en référé, l'un des arrêtés autorisant le projet. Le groupe Pierre & Vacances s'était alors pourvu en cassation. Ce pourvoi est en cours d'instruction au Conseil d'Etat. Le tribunal administratif de Grenoble ne devrait rendre sa décision au fond qu'une fois connue la position du Conseil d'Etat. C’est-à-dire pas avant plusieurs semaines.

Le défrichement du site, qui a démarré, fin octobre a déjà porté sur 40 hectares de forêt. Il est bloqué depuis début décembre par des militants «zadistes» qui occupent une maison non loin des lieux.