Affaires de pédophilie à l’école: Seize enseignants ont été révoqués en 2014

EDUCATION La ministre de l’Education nationale a réaffirmé la fermeté du gouvernement face aux affaires de pédophilie…

A.Ch.

— 

La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, lors de la séance de questions au gouvernement, le 24 mars 2015 à l'Assemblée nationale
La ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, lors de la séance de questions au gouvernement, le 24 mars 2015 à l'Assemblée nationale — François Guillot AFP

Plus de communication entre la Justice et l’Education nationale: Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, est revenue sur les mesures mises en œuvre par son ministère après la découverte de plusieurs affaires de pédophilie à l’école.

La ministre a rappelé qu’en 2014, 16 cas de condamnations en justice d’enseignants pour détention d’images pédopornographiques ou pédophilie ont été suivies de 16 révocations à vie de l’Education nationale. «Il faut faire attention à ne pas tomber dans l’angoisse absolue, l’Education nationale compte un million de personnels qui ont toute la probité attendue d’eux, n’allons pas jeter l’opprobre sur toute une profession», a rappelé la ministre.«Désormais, il faut que chacun soit garanti que quand un individu est condamné par la justice, l’information arrive à l’Education nationale et que celle-ci prenne les mesures pour l’empêcher d’exercer avec des enfants», a déclaré la ministre.

«N’allons pas jeter l’opprobre sur toute une profession»

Les affaires de pédophilie dans les écoles de Villefontaine (Isère) et Rennes (Ille-et-Vilaine) sont pour la ministre des «dysfonctionnements graves»: «La justice n’a pas transmis l’information à l’Education nationale», explique Najat Vallaud-Belkacem, qui dit travailler main dans la main avec son homologue garde des Sceaux, Christiane Taubira, pour fluidifier les échanges entre les deux ministères.

Alors que plusieurs cas de suspicion de pédophilie ont été rapportés ces derniers jours, la ministre a voulu rassurer les familles. «Chacun a les yeux braqués sur ces faits graves, et des situations de mises en examen, d’interpellations d’enseignants pour lesquels il y a des accusations portées apparaissent. Le fonctionnement normal de l’Education nationale et de la Justice, c’est que dès lors qu’on a connaissance du fait qu’un enseignant se serait mal comporté, il y a tout de suite suspension, et quand la condamnation a été prononcée, révocation