Soupçon de financement libyen de la campagne de Sarkozy: Le fils de Claude Guéant placé en garde à vue

JUSTICE Depuis 2012, la justice française enquête sur un éventuel financement du régime de Kadhafi pour la campagne présidentielle de l'ex-président...

20 Minutes avec AFP

— 

François Guéant, en mars 2008 en Bretagne.
François Guéant, en mars 2008 en Bretagne. — FRED TANNEAU / AFP

Le fils de Claude Guéant est en garde à vue depuis lundi matin dans l'affaire sur les accusations de financement illicite de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par le régime de Mouammar Kadhafi en 2007, a-t-on appris mardi de sources judiciaire, confirmant une information d'iTÉLÉ.

François Guéant, le fils de l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy est notamment interrogé sur «des mouvements financiers», a précisé une autre source proche de l'enquête. Plusieurs dignitaires libyens ont porté ces accusations de financement par la Libye de la campagne électorale présidentielle victorieuse de 2007. Claude Guéant a été mis en examen au début du mois de mars dans cette affaire de soupçons de financement libyen pour «faux», «blanchiment de fraude fiscale» et «fraude fiscale». Les juges s'intéressent en effet à la vente d'un tableau d'un peintre flamand pour 500.000 euros, un montant qu'ils jugent largement surestimés.

La garde à vue de François Guéant porte sur des faits distincts de la vente des tableaux flamands, a précisé une des sources proches de l'enquête.

L'ex-président malien aussi entendu

Visiblement, ce dossier est en train d'avancer puisque l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, surnommé ATT, a été auditionné à Dakar ce mardi en tant que «témoin» dans l'enquête française sur un présumé financement libyen en faveur de l'ex-chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, a-t-on appris mardi auprès de son entourage.

Amadou Toumani Touré, exilé à Dakar depuis avril 2012, peu après le renversement de son pouvoir, «a été convoqué en tant que témoin par la DIC (Division des investigations criminelles, police judiciaire sénégalaise) dans le cadre d'une commission rogatoire française», a indiqué cette source proche ayant requis l'anonymat, sans préciser la date de cette audition.

Alexandre Djouhri perquisitionné

Selon elle, la DIC «lui a demandé ce qu'il sait du financement libyen» dont aurait bénéficié Nicolas Sarkozy, dossier dans lequel est cité Amadou Cheikh «Bani Kanté, un de ses conseillers qui dirigeait un fonds d'investissements libyens». Elle a exclu toute autre audition de Amadou Toumani Touré dans cette affaire.

Par ailleurs, le quotidien suisse Le Temps a révélé que le domicile suisse de l'homme d'affaires Alexandre Djouhri, qui gravitait notamment dans le domaine de la vente d'armes, a été perquisitionné. Cet homme d'affaire se décrit comme un «facilitateur» de gros contrats est un proche de Claude Guéant.