Crash d’un avion A320: Le BEA va bientôt proposer des mesures sur l’accès au cockpit et la détection des profils à risques

TRANSPORT AERIEN  Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA) l’a annoncé ce mardi dans un communiqué….

20 Minutes avec AFP

— 

Un cockpit de A320, le 24 septembre 2008
Un cockpit de A320, le 24 septembre 2008 — Adek Berry AFP

Les «failles systémiques» à bord de l'A320 de Germanwings sont dans le collimateur du Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA). Son objectif: étudier (et comprendre) les dysfonctionnements «qui auraient pu conduire à cet événement ou à d'autres événements similaires», a indiqué le BEA dans un communiqué.

Elle «s'intéressera notamment à la logique du système de verrouillage des portes de cockpits et aux procédures d'accès et de sortie du cockpit, ainsi qu'aux critères et procédures susceptibles de détecter des profils psychologiques particuliers», précise le texte.

«Tendances suicidaires»

Six jours après le crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes françaises, les enquêteurs allemands ont révélé lundi qu'Andreas Lubitz, le jeune copilote de 27 ans , soupçonné d'avoir délibérément fait chuter l'avion, avait suivi un traitement pour des tendances suicidaires dans le passé, mais pas au moment du drame.

Selon les résultats de l'exploitation d'un des enregistreurs de l'appareil, celui qui conserve les conversations et les bruits dans le poste de pilotage, il avait refusé d'ouvrir la porte de la cabine de pilotage au commandant de bord, qui était sorti pour un moment de la cabine afin d'aller aux toilettes, et il avait actionné les commandes activant la descente de l'appareil.

Depuis les premières révélations sur le scénario du crash, de nombreuses compagnies aériennes ont instauré la présence systématique de deux personnes dans la cabine de pilotage.

>> Crash d’un avion A320: Faut-il renforcer le suivi psychologique des pilotes? 

Le BAE a précisé dans son communiqué que l'enquête allait aussi s'attacher à «décrire plus précisément, d'un point de vue technique, le déroulement du vol. Ce travail s'appuiera notamment sur l'analyse détaillée des informations de l'enregistrement phonique du CVR (Cockpit voice recorder) ainsi que sur l'exploitation des données de paramètres de vol qui pourront être disponibles».

>> Deux personnes dans le cockpit: «Une mesure pour rassurer l'opinion publique»