Procès des meurtres de l'Essonne: «Je ne suis pas l'auteur des assassinats», se défend Yoni Palmier

JUSTICE Le procès du «tueur de l’Essonne» s’est ouvert ce mardi matin...

A Evry (Essonne), William Molinié

— 

Le palais de justice d'Evry (Essonne) où s'est ouvert le procès de Yoni Palmier le 31 mars 2015.
Le palais de justice d'Evry (Essonne) où s'est ouvert le procès de Yoni Palmier le 31 mars 2015. — VALINCO/SIPA

Des coups d’œil à droite, puis à gauche. Il arrête son regard. En face de lui, les familles des victimes. Parfois, il passe même la tête à travers les interstices de la vitre de son box pour discuter avec ses avocats.

Yoni Palmier, accusé d’avoir tué à quatre reprises en moins de cinq mois dans l’Essonne, est apparu concerné par son procès qui s’est ouvert ce mardi matin devant la cour d’assises de l’Essonne. 

PORTRAIT - Yoni Palmier, un déséquilibré devenu une "star du crime"

Indécis

Pull gris, T-shirt de la même couleur, l’homme de 36 ans surnommé le «tueur de l’Essonne» a d’abord décliné son identité. «Profession?», lui demande le président. «Incarcéré pour l’instant», répond celui qui se présente sous l’étiquette de «tueur en série».

Crâne rasé, Yoni Palmier a semblé être indécis sur le choix de ses avocats, ce qui a retardé le début de l’audience. L’homme continue de nier farouchement les quatre meurtres, malgré un dossier accablant. «Moi, personnellement, je ne suis pas l'auteur des assassinats», a-t-il répondu à la cour, après avoir été invité par le président à se prononcer sur les faits qui lui sont reprochés. «Je suis concerné, effectivement, mais je ne suis pas l'auteur», a-t-il poursuivi, sans s'expliquer davantage.

Qui sont les victimes?

Des réponses attendues

«Les familles attendent des réponses», a rappelé l’avocate de parties civiles. Tout au long du procès, qui doit durer jusqu’au 17 avril, la vie de Yoni Palmier va être disséquée pour tenter de comprendre sa personnalité, première marche peut-être vers la compréhension d’un mobile qui reste toujours à l’heure actuelle absent du dossier.

Irascible, sans doute immature, Yoni Palmier n’a pourtant laissé aucun doute aux experts psychiatres. Il ne souffre pas de troubles psychologiques qui auraient pu altérer sa personnalité et donc le rendre irresponsable pénalement.