Procès de Yoni Palmier: Qui sont les victimes du tueur présumé de l'Essonne?

JUSTICE Yoni Palmier est jugé pour les meurtres de Nathalie Davids, Jean-Yves Bonnerue, Marcel Brunetto et Nadjia Boudjemia-Lahcène à partir de ce mardi...

William Molinié

— 

Yoni Palmier, mis en examen pour les trois meurtres les plus récents sur les quatre commis dans l'Essonne depuis novembre, se trouvait toujours en garde à vue jeudi après-midi dans le cadre de l'enquête sur le premier crime, a-t-on appris auprès du parquet d'Evry.
Yoni Palmier, mis en examen pour les trois meurtres les plus récents sur les quatre commis dans l'Essonne depuis novembre, se trouvait toujours en garde à vue jeudi après-midi dans le cadre de l'enquête sur le premier crime, a-t-on appris auprès du parquet d'Evry. — Pierre Verdy afp.com

Les victimes de la série de crimes dans l’Essonne entre novembre 2011 et avril 2012 ont-elles été tuées par hasard? A première vue, elles ne se connaissaient pas, à l’exception des deux premières qui vivaient dans le même immeuble. Aucune ne connaissait Yoni Palmier, le suspect numéro un dans cette affaire, renvoyé devant les assises de l’Essonne pour être jugé à partir de ce mardi. Portraits.

LES FAITS: La cour d’assises de l’Essonne face aux crimes d’un tueur en série

Nathalie Davids, tuée le 27 novembre 2011

Cette célibataire de 35 ans, abattue d’au moins sept balles dans son parking de Juvisy-sur-Orge, est décrite comme discrète par ses voisins. Elle est la première victime de cette série de meurtres commis avec la même arme. Laborantine, elle travaillait à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Son entourage a désigné Michel Courtois comme possible suspect, en raison de sa relation «houleuse» avec lui. L’ouvrier en bâtiment l’aurait déjà menacée, selon une proche. Un mobile parfait pour les enquêteurs qui se révélera trompeur puisqu’il sera blanchi par la justice. Yoni Palmier n’avait aucun lien avec elle. Si ce n’est le box qu’il louait dans le même parking que la victime. «Personne n’a pu établir que Courtois et Palmier se connaissaient», précise l’avocat de la famille Davids, Me Elisabeth Auerbacher.

Jean-Yves Bonnerue, tué le 22 février 2012

C’est au même endroit que le voisin de la première victime est abattu, comme elle dans le parking de la résidence. Les deux victimes se sont rencontrées au conseil syndical. Agé de 52 ans, Jean-Yves Bonnerue était employé dans une société de maîtrise des risques à Lisses (Essonne). Père d’une fille de 22 ans, il travaillait au sein du service du contrôle des machines. C’est en redescendant dans le garage pour remettre des sacs de courses qu’il est tué. Un scénario qui laisse les enquêteurs penser qu’il n’était pas ciblé, mais «présent au mauvais moment, au mauvais endroit».

PORTRAIT – «Yoni Palmier doit être materné pour parler»

Marcel Brunetto, tué le 17 mars 2012

A 81 ans, Marcel Brunetto, plutôt discret et renfermé, n’avait pas vraiment d’ami. Mais pas non plus d’ennemi. D’où l’incompréhension de son fils auprès de qui il se trouvait en train de regarder un match de rugby, dix minutes avant d’être tué dans le hall de l’immeuble. Ce retraité, un ancien salarié de la banque d’affaires Worms, menait une vie sans histoire. Souffrant d’une maladie du cerveau, il avait reçu le conseil de son médecin de faire des promenades. Il faisait alors des tours dans le quartier, s’arrêtant parfois devant les joueurs de pétanque. Son fils et sa femme ont dit aux enquêteurs ne pas connaître les deux premières victimes. Le seul lien qui le rapproche de Yoni Palmier est sa ville de résidence, Ris-Orangis, où l’accusé occupait un appartement.

Nadjia Boudjemia-Lahcène, tuée le 5 avril 2012

Née en Algérie, Nadjia Boudjemia-Lahcène était arrivée en France en 1982. A 48 ans, elle élevait seule son fil, lycéen, après avoir perdu son premier mari, décédé d’un cancer généralisé. Ce 5 avril, elle rentrait d’Orly où elle travaillait comme hôtesse. Tuée d’une balle dans la nuque, par derrière, Nadjia n’a pas vu la mort arriver. Décrite par ses collègues comme «pétillante», «souriante», elle aimait les longues ballades sur la plage d’Etretat au pied des falaises. Une ancienne collègue et confidente a raconté que la motivation de Nadjia au travail était de pouvoir offrir des études à son fils unique de 17 ans.