Arnaque aux faux virements: Le procès de Gilbert Chikli s'ouvre ce lundi

JUSTICE Réfugié en Israël, l’accusé n’assistera pas à son procès...

20 Minutes avec agence

— 

Paris le 04 fevrier 2013. Illustration epargne argent billet de banque tenus dans une main.
Paris le 04 fevrier 2013. Illustration epargne argent billet de banque tenus dans une main. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le procès de Gilbert Chikli, l'inventeur de l'escroquerie aux faux ordres de virement s’ouvre, ce lundi, à Paris. Jugé aux côtés de 17 autres prévenus, il est accusé, d’avoir escroqué, entre 2005 et 2006, une cinquantaine de banques et grandes entreprises françaises, rapporte RFI.

Précurseur en la matière, Gilbert Chikli se faisait passer pour le PDG de grandes entreprises et ordonnait aux employés de faire des virements bancaires vers des comptes à l'étranger.

Vers des comptes en Chine

Après avoir obtenu les renseignements nécessaires, l’escroc contactait, toujours par téléphone, les services financiers de la société visée, et leur demandait de procéder en urgence à un virement bancaire. Pour arriver à ses fins, Gilbert Chikli n’hésitait pas à envoyer des mails, avec en-tête de l'entreprise et fausses signatures. Selon RFI, les fonds détournés étaient ensuite transférés vers des comptes en Chine

Faux virement bancaire: Une société escroquée de 17 millions d'euros

358.000 euros détournés dans une agence de La Poste

Parmi ses victimes, La Poste. D'après Le Figaro, l'accusé s’en est pris, en 2005, à une agence du groupe, située dans le premier arrondissement de Paris. Montant du butin: 358.000 euros, versés en liquide par la directrice de l’agence. La pratique, que l’on surnomme aujourd’hui l’arnaque «au président», lui aurait permis d’empocher un magot estimé à 6 millions d'euros.

Depuis, la fraude s'est généralisée. Selon l'Office central pour la répression de la grande délinquance, 700 faits ou tentatives ont été recensés entre 2010 et 2014. Le préjudice s'élèverait à plus de 300 millions d'euros. Condamné à plusieurs mois de prison, Gilbert Chikli a été remis en liberté en 2009. Ayant fui en Israël, l’accusé n’assistera pas à son procès.