VIDEO. Crash de Germanwings: Ce que l’on sait, du copilote, Andreas Lubitz

AVIATION Andreas Lubitz était Allemand et n’était pas répertorié comme terroriste...

T.L.G.

— 

Profil Facebook d'Andreas Lubitz
Profil Facebook d'Andreas Lubitz — Facebook

Les regards des enquêteurs se tournent désormais sur lui. Andreas Lubitz, le copilote de l’Airbus A320 qui s’est écrasé mardi dans les Alpes, était seul aux commandes au moment du crash. Sa conduite «peut s'analyser comme une volonté de détruire l'avion», a déclaré jeudi le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Marignane, près de Marseille.

Suivez en direct les dernières révélations sur le crash de la Germanwings

Le copilote a refusé d'ouvrir la porte au commandant de bord sorti momentanément du cockpit et actionné les commandes activant la descente de l'appareil, a ajouté Brice Robin. 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait d’Andreas Lubitz.

Une interruption de formation mystérieuse

Andreas Lubitz était allemand et n’était pas répertorié comme terroriste, selon le procureur de la République de Marseille. Agé de 28 ans, il résidait à Montabaur en Rhénanie-Palatinat. Il avait été engagé en «septembre 2013» et comptait 630 heures de pratique, a précisé le groupe Lufthansa ce jeudi. Andreas Lubitz avait auparavant suivi une formation de pilotage au centre de formation de la compagnie Lufthansa, à Brême, en Allemagne.

Le PDG de Germanwings Carsten Spohr a confirmé ce jeudi lors d'une conférence de presse que Lubitz avait interrompu sa formation pendant plusieurs mois avant de la reprendre. Selon Le Monde, il aurait «travaillé comme stewart durant cette période». Un journaliste de Der Spiegel affirme que cette interruption serait due à un épuisement professionnel, le burn-out:

La direction de la compagnie est elle restée évasive sur les raisons de cette interruption. Elle a indiqué que cela n'était pas «inhabituel» et que le jeune homme avait subi de nouvelles évaluations avant de reprendre sa formation. Tests qu'il avait réussis.

«Je ne le crois pas capable d'une chose pareille»

«Il avait fait sa formation de vol ici, dans le club depuis sa plus tendre jeunesse. C'était un jeune très calme et très précis ... C'était un jeune homme tout à fait normal. Il était très content d'avoir ce job. Il me semblait tout à fait satisfait et heureux. Il avait atteint ce qu'il voulait atteindre, de pilote amateur, il était passé pilote professionnel et il n'avait pas de problème … Je ne le crois pas capable d'une chose pareille (suicide)», a indiqué sur RTL Peter Rucker, membre du même Aéroclub qu'Andreas Lubitz.

Peter Ruecker,, membre de l'aéro-club où Andreas Lubitz a appris à piloter à Montabaur, en Allemagne le 26 mars 2015. - Michael Probst/AP/SIPA

Le LSC Westerwald, son club de vol à voile, a publié une page de condoléances après le crash, indique Le Monde«Andreas est devenu membre du club pour accomplir son rêve de voler. Il a accompli son rêve, un rêve qu'il a payé chèrement, de sa vie ».

Amateur de course à pied

Selon les journalistes d'Associated Press envoyés dans sa ville d'origine de Montabaur, quatre voitures de police étaient stationnées devant la maison présumée des parents de Lubitz, pour écarter journalistes et curieux. Il s'agit d'une maison indépendante de deux étages située dans un nouveau quartier aisé de cette ville entourée de collines arborées, située à 60 km au nord-ouest de Francfort.

Des policiers devant la maison où habitait Andreas Lubitz à Montabaur en Allemagne le 26 mars 2016. - Michael Probst/AP/SIPA

La correspondante à Berlin du quotidien britannique The Guardian rapporte ce jeudi que des voisins d'Andreas Lubitz le décrivent comme un jeune homme «amical» poursuivant ses rêves «avec vigueur». Selon des témoignages recueillis par le journal local Rhein Zeitung, il gardait la forme en pratiquant la course à pied. «Nous le voyions souvent passer en courant devant notre maison». Le jeune homme avait participé à de nombreuses courses, dont le semi-marathon Lufthansa organisé à Francfort en 2011, comme en témoigne le profil GPS du jeune homme enregistré sous le pseudonyme «Flying Andy»