La garde à vue du proche d’Amédy Coulibaly a été maintenue

JUSTICE Il aurait servi d’intermédiaire pour permettre au tueur de Montrouge (Hauts de Seine) de se procurer des véhicules…

Vincent Vantighem

— 

Les forces de l'ordre lancent l'assaut contre l'épicerie juive où est retranché Amedy Coulibaly, le 9 janvier 2015 porte de Vincennes à Paris
Les forces de l'ordre lancent l'assaut contre l'épicerie juive où est retranché Amedy Coulibaly, le 9 janvier 2015 porte de Vincennes à Paris — Martin Bureau AFP

La garde à vue d'un proche d'Amédy Coulibaly, l'assassin de Montrouge et de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, a été prolongée jeudi matin dans l'enquête sur les attentats de Paris en janvier, a-t-on appris de source judiciaire.

>> A lire: Tous nos articles concernant Amédy Coulibaly

Les enquêteurs considèrent que cet homme de 29 ans, arrêté mardi, avait servi d'intermédiaire entre le tueur et un homme résidant à Charleroi (Belgique), Neetin Karasular, pour la vente d'une Mini Cooper immatriculée au nom d'Hayat Boumedienne, la compagne d'Amédy Coulibaly, ont indiqué deux sources proches de l'enquête.

Le véhicule a été retrouvé en Grèce

Connu de la police belge pour des affaires de drogue et d'armes, Neetin Karasular s'était lui-même présenté aux enquêteurs quelques jours après les attentats, pour leur indiquer qu'il avait fait affaire avec Amédy Coulibaly dans les mois précédents, avait annoncé un porte-parole du parquet fédéral belge le 15 janvier dernier.

Les faits: Un proche de Coulibaly interpellé à Grigny

Lors de perquisitions à son domicile et à son garage, les policiers avaient trouvé des documents faisant penser à des inventaires ou des commandes d'armes, selon une source proche de l'enquête. Toujours selon cette même source, les investigations montrent que le véhicule a ensuite été revendu à un autre homme qui l'a fait acheminer en Grèce.

L'homme placé en garde à vue mardi a été arrêté à Grigny (Essonne), d'où il est originaire comme Amédy Coulibaly. Il peut rester en garde à vue jusqu'à 96 heures, avant sa présentation éventuelle aux juges d'instruction pour une possible mise en examen.