VIDEO. Crash de l’A320: Pourquoi les noms des passagers et des pilotes ont mis du temps à être révélés?

ACCIDENT 150 personnes sont mortes dans le crash de l'A320...

T.L.G.

— 

Sur la zone du crash de l'A320 de Germanwings, le 25 mars 2015.
Sur la zone du crash de l'A320 de Germanwings, le 25 mars 2015. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

150 personnes sont mortes dans le crash de l'A320. Mais deux jours après le drame, la liste formelle des victimes n’est toujours pas établie. «C’est un gros point noir pour les familles», relève Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac). «Le doute et l’attente sont des épreuves dans l’épreuve». La compagnie allemande Germanwings n’a pas encore révélé le nom des 144 passagers et des 6 membres d’équipage décédés. A la mi-journée, le procureur a confirmé le nom du copilote, Andreas Lubitz.

Tous les éléments sur le crash à suivre en direct par ici

Une liste confidentielle

Une chose est sûre, les victimes sont originaires d'une quinzaine de pays. «Chacun est en train de recenser les différentes nationalités», a déclaré Manuel Valls, précisant qu'«il appartient à la compagnie Lufthansa et aux autorités espagnoles et allemandes de fournir, l'ensemble de ces données».

La compagnie aérienne est seule détentrice de la liste des passagers d’un vol et reste confidentielle. L’aéroport ne récupère jamais les données. Sur le site du Parlement européen, on peut lire que «les compagnies aériennes de l'UE ainsi que les compagnies non communautaires au départ d'un aéroport de l'UE seront tenues de produire une liste de toutes les personnes à bord d'un aéronef "le plus rapidement possible, et au plus tard dans les deux heures suivant l'annonce d'un accident d'aéronef"», précisant que «le  nom d'une personne à bord ne pourra être rendu public avant que les familles ou les proches des passagers aient été informés par les autorités, et seulement s'ils ne s'y opposent pas».

Ce délai est en réalité rarement respecté. Les compagnies procèdent à de multiples vérifications pour éviter toute erreur. «L'expérience montre qu'il est parfois difficile d'obtenir rapidement une liste fiable des passagers d'un aéronef mais également qu'il est important de fixer un délai dans lequel la liste des passagers peut être exigée de la compagnie», note le Bureau d'enquête et analyse pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) sur son site.

Spéculation sur le nom des pilotes

Les tractations diplomatiques entre les pays touchés (une quinzaine ici) peuvent également ralentir le processus.

Reste à savoir pourquoi les noms des pilotes n’ont pas été divulgués rapidement, alors qu'ils sont au centre de l'enquête. Germanwings a seulement indiqué mercredi que le commandant de bord avait plus de 10 ans d’expérience, et plus de 6.000 heures de vol sur des appareils Airbus. Son copilote avait lui été engagé en «septembre 2013» et comptait 630 heures de pratique, a précisé le groupe Lufthansa ce jeudi.

Avant que le procureur de Marseille ne confirme l'identité du copilote, Andreas Lubitz, son identité tournait déjà sur les réseaux sociaux:

 

Mais ce manque d'information officielle jeudi matin a laissé place à de nombreuses spéculations et théories plus ou moins douteuses sur les réseaux sociaux:

 

>>>Tout savoir sur le copilote dans notre vidéo: