VIDEO. Crash d’un avion A320: Que sait-on des deux pilotes de Germanwings?

ECLAIRAGE L'un des deux pilotes était coincé en dehors du cockpit au moment du crash de l’A320 de la Germanwings…

Vincent Vantighem et M.P.

— 

Photo des lieux du crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes, le 25 mars 2015.
Photo des lieux du crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes, le 25 mars 2015. — F. Balsamo - Gendarmerie nationale

Un suicide, un attentat... Si plusieurs scénarios sont encore possibles, l’enquête va nécessairement se centrer sur eux. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le New-York Times a révélé qu’un des deux pilotes était coincé en dehors du cockpit au moment du crash de l’A320 de la Germanwings. Une information confirmée par le parquet de Marseille ce jeudi, à la mi-journée, lors d'une conférence de presse où de nombreux détails sur les dernières minutes ont été révélées.

>> Suivez en direct les événements de ce jeudi

De quoi remettre sur le devant de la scène les thèses du suicide du pilote, d’un attentat suicide ou d'un malaise. 20 Minutes fait le point sur les informations dont on dispose sur l’équipage du vol de la Germanwings.

Pourquoi l’un des deux pilotes était hors du cockpit?

C’est l’analyse de la boîte noire qui a permis d’avoir cette information. «Au début du vol, on entend l'équipage parler normalement puis on entend le bruit d'un des sièges qui recule, une porte qui s'ouvre et se referme, des bruits indiquant qu'on retape à la porte et il n'y a plus de conversation à ce moment-là jusqu'au crash», a indiqué cette source dans la nuit de mercredi à jeudi. 

Le procureur de Marseille a confirmé à la mi-journée l'information du NYT: le pilote est bien sorti du cockpit, le copilote était seul aux commandes et il a volontairement empêché le pilote de rentrer dans le cockpit, un pilote qui a tout fait pour y pénétrer, en vain.

Que sait-on du pilote?

La Lufthansa, maison mère de la Germanwings, n’a pas voulu communiquer ni son identité, ni sa nationalité. Mais on sait qu’il parlait allemand avec son coéquipier. La compagnie a toutefois indiqué qu’il avait «plus de dix ans d’expérience» et «plus de 6.000 heures de vol». Il s'agirait d'un Allemand, Patrick S., selon le quotidien allemand Bild. Il aurait deux enfants. Interrogé par Europe 1, Dieter, un ancien collègue du commandant de bord décédé dans le crash de l’avion, évoque un  pilote «très expérimenté»: «C'était quelqu'un de très sérieux, c'était l'un des meilleurs pilotes que nous avions. Je suis sûr à 100% qu'ils ont fait du mieux qu'ils ont pu, c'est ce que je pense parce que je le connaissais très bien». Dieter décrit également le commandant de bord disparu comme «un homme très bon, gentil avec de l'humour aussi».

Que sait-on du copilote?

Black out de la compagnie concernant l’identité de cet homme. Il avait beaucoup moins d’expérience que le pilote puisqu’il «comptait 630 heures de vol», selon la Lufthansa, ce qui en fait un pilote débutant. Il avait été embauché en septembre 2013. D'après le Bild, toujours, ce copilote allemand se nomme Andreas, il est originaire de Montabaur (dans le Rheinland-Pfalz), habiterait toujours chez ses parents et aurait été formé comme pilote à Brême. Le procureur de Marseille a confirmé que le copilote  se nomme Andreas Lubitz et était âgé de 28 ans.

Il aurait tenu une conversation «enjouée» avec le commandant de bord puis est devenu plus «laconique» quand le pilote a parlé du futur atterrissage à Düsseldorf. C'est lui qui «volontairement» a actionné la descente de l'avion, et jusqu'au bout, la boîte noire a enregistré son souffle, ce qui écarterait la piste du malaise. En tout cas, «l'environnement du copilote» devient la priorité de l'enquête, selon le procureur de Marseille. Et sa religion? «Je ne connais pas sa religion mais je ne pense pas que ce soit forcément de ce côté là qu'il faut chercher», a précisé le procureur de Marseille.

Est-ce normal qu’il quitte la cabine?

Oui, cela peut arriver que le pilote ou le copilote quitte quelques instants la cabine de vol pour toute une série de raisons. Seulement, dans ce cas de figure, il doit normalement être toujours remplacé par un membre de l’équipage afin de permettre au pilote de n’être pas «totalement» seul aux commandes. Ce qui ne semble pas s'être passé.

Peut-on rentrer de l’extérieur dans la cabine?

Normalement oui. Sauf que depuis les attentats du 11 septembre à New-York (Etats-Unis), les conditions de sécurité ont été renforcées. Si le pilote à l'intérieur de la cabine verrouille la porte, il n'y a aucun moyen de rentrer de l'extérieur, les portes étant blindées. Normalement, les pilotes et copilotes disposent d'un code pour ouvrir la porte mais là, il semblerait que la personne qui était dans le cockpit ait bloqué l'entrée.

Pour tout savoir sur la manière dont on rentre, sort et bloque l'entrée d'un cockpit, c'est par ici.

Quelles sont les thèses qui circulent?

Au regard de dernières informations, il en reste deux prioritaires: il pourrait s’agir d’un suicide du pilote qui aurait entraîné dans sa mort les 149 personnes qu’il embarquait ou même d’un attentat-suicide.