François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy se sont rendus sur les lieux du crash de l'A320 de GermanWings, dans les Alpes, le 25 mars 2015.
François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy se sont rendus sur les lieux du crash de l'A320 de GermanWings, dans les Alpes, le 25 mars 2015. — L.AUFRETT/AP/SIPA

FRANCE

Crash d'un avion A320: Un des pilotes bloqué hors du cockpit, les premiers corps hélitreuillés

Le point sur la situation, 36 heures après le drame...

La lente et difficile opération de récupération des corps a commencé, mercredi. Alors que les familles des victimes du crash de l'appareil de GermanWings sont attendues sur place jeudi, le New York Times révèle que selon l'enregistrement audio, l'un des pilotes se trouvait enfermé hors du cockpit au moment du crash, pour une raison indéterminée.

Le point sur les huit scénarios considérés par les enquêteurs

Un des pilotes enfermé hors du cockpit au moment du crash

Selon une source militaire du New York Times, l'un des pilotes est sorti du cockpit pour une raison indéterminée. D'après l'enregistrement audio, on l'entend ensuite revenir et essayer d'ouvrir la porte, puis de la défoncer. A l'intérieur, l'autre pilote ne lui répond pas. Plus tôt mercredi, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) avait indiqué «ne fermer aucune hypothèse». Selon son directeur Rémi Jouty, l'avion n'a pas explosé en vol, mais a bien «volé jusqu'au bout» avant de se désintégrer en milliers de morceaux contre la montagne.

Les premiers corps hélitreuillés

Les premiers corps ou restes des 150 victimes de l'accident ont été hélitreuillés mercredi par les équipes de secours sur le lieu du drame. En fin de soirée, un camion frigorifique était positionné aux abords de la chapelle ardente de Seyne-les-Alpes, ainsi qu'une camionnette de l'identification criminelle. L'identification des corps prendra «des jours et même des semaines», a prévenu le procureur de la République de Marseille Brice Robin. Interpol a envoyé une équipe de spécialistes, pour aider à cette tâche.

Les familles attendues jeudi

Deux avions devaient partir de Düsseldorf et Barcelone pour Marseille afin de permettre aux proches des disparus de se rendre dès jeudi à proximité des lieux de la catastrophe, a annoncé le patron de la Lufthansa, maison-mère de Germanwings. Les familles ne devraient toutefois pas aller jusqu'au lieu même de l'impact, situé à 1.500 mètres d'altitude dans une zone très difficilement accessible, mais «seront amenées au plus près», a indiqué une source proche de l'enquête.

Les dirigeants politiques sur place

Après une visite chargée d'émotion sur les lieux du crash, François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy ont tenu une conférence de presse. «Tout sera mis en oeuvre pour que nous puissions retrouver, identifier et remettre aux familles des victimes les corps», a promis le dirigeant français.

La nationalité des victimes désormais connue

Les 144 passagers et six membres d'équipage étaient originaires d'une quinzaine de pays. Le décompte, mercredi soir, était le suivant. Au moins 72 Allemands, 51 Espagnols, 3 Britanniques, 3 Américains, 3 Argentins, 3 Kazakhs, 2 Colombiens, 2 Mexicains, 2 Vénézuéliens, 2 Australiens, 2 Japonais, 2 Marocains, 2 Iraniens, 1 Belge, 1 Danois, 1 Néerlandais.