Crash d'un avion A320: La police espagnole ouvre une enquête après des tweets insultants pour les victimes

POLICE La plupart des tweets sont insultants pour les Catalans, cible traditionnelle de plaisanteries en Espagne...

20 Minutes avec AFP

— 

Crash de l'avion A320: L'heure du recueillement
Crash de l'avion A320: L'heure du recueillement — 20 minutes - Slideshow

La police espagnole enquête sur les auteurs de messages diffusés sur les réseaux sociaux insultant les victimes de l'A320 de Germanwings qui s'est écrasé mardi en France tuant ses 150 occupants, a annoncé mercredi le gouvernement.

Suivez en direct l'opération de recherches et de secours

Parmi les messages dénoncés par les usagers de Twitter celui-ci: «Si c'étaient tous des Allemands et des Catalans, où est la tragédie?»

Sanctions prévues par le code pénal

Le ministre de l'Intérieur a ordonné aux unités spécialisées de la police et de la Guardia Civil d'enquêter sur ces «messages lancés sur les réseaux sociaux qui en plus d'être horriblement cruels peuvent constituer des délits», a déclaré le secrétaire d'Etat à la Sécurité, Francisco Martinez. «Ce n'est pas la première fois que les réseaux sociaux contiennent des messages de haine» et des sanctions sont prévues dans le code pénal.

LES FAITS - La boîte noire est endommagée mais devrait parler

La plupart des messages sont insultants pour les Catalans, cible traditionnelle de plaisanteries en Espagne. Un tweet envoyé mardi disait: «Pourvu que les morts de l'accident d'avion soient tous catalans!»

72 Allemands

L'A320 de Germanwings a décollé mardi matin de l'aéroport de Barcelone, la métropole catalane dans le nord-est de l'Espagne, à destination de Dusseldorf, dans l'ouest de l'Allemagne.

Aucun de ses occupants n'a survécu quand il s'est écrasé dans les Alpes françaises une heure après. Parmi les victimes figurent au moins 72 Allemands, d'après la compagnie, et 49 Espagnols, d'après le gouvernement à Madrid.