• Un A320 de la compagnie allemande Germanwings transportant 150 passagers et membres d'équipage s'est écrasé ce mardi matin entre Digne et Barcelonette (Alpes-de-Haute-Provence)
  • Il n'y a aucun survivant, et on ne connaît pas les raisons du drame
  • Il s'est écrasé dans une zone difficile d'accès
  • Notre vidéo pour tout savoir est à voir par ici

Ce live est désormais fermé. Vous pouvez désormais suivre les événements de la soirée sur le crash ici.

20h45 : Le point sur les moyens d'enquête et de secours

Les moyens humains:

- 380 sapeurs-pompiers

- Plus de 300 gendarmes dont des militaires du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Jausiers (Alpes-de-Haute-Provence)

- Deux SMUR et deux cellules d'urgence médico-psychologiques

- La CRS n°60 de Montfavet (Vaucluse), qui se rend à Digne pour participer aux opérations de sécurisation du site

- Des CRS de haute montagne qui vont apporter un soutien technique aux équipes présentes

Le matériel:

- 5 hélicoptères de la section aérienne de la gendarmerie

- 7 hélicoptères de l'armée déployés pour faire respecter l'interdiction de survol de la zone, pour la recherche, le sauvetage et le transport d'autorités et d'équipes spécialisées

- 3 hélicoptères de la sécurité civile

- Un avion ravitailleur C135FR de l'armée pour la liaison radio

- Un avion de reconnaissance de la sécurité civile

Les enquêteurs:

- Sept enquêteurs du Bureau enquêtes analyses (BEA) devaient se rendre sur place accompagnés de conseillers techniques d'Airbus et de trois experts de la BFU, Bundesstelle für Flugunfalluntersuchung, homologue allemand du BEA, a annoncé la cellule de crise

 

20h40: Un chanteur de l'opéra de Düsseldorf parmi les victimes

Un des chanteurs de l'opéra de Düsseldorf, Oleg Bryjak, fait partie des 150 personnes mortes dans le crash. Le baryton-basse, né au Kazakhstan et âgé de 54 ans, rentrait de Barcelone où il jouait le personnage d'Alberich dans l'opéra de Richard Wagner «Siegfried», au Gran Teatre del Liceu de la capitale catalane, a précisé l'opéra de Düsseldorf, sur son site internet.

 

20h21: Voici la zone d'impact de l'A320

Notre journaliste sur place s'est procuré une photo de la Sécurité civile. Il s'agit, selon nos informations, de l'endroit où l'avion a percuté la montagne.

 

19h42: Obama a annoncé avoir appelé Merkel et appellera Rajoy

 

19h35: «L'avion a été pulvérisé, il n'y a que des morceaux», confirme un secouriste à notre journaliste sur place.

Christian Vigne, secouriste à la sécurité civile, est l'un des premiers à être arrivé sur les lieux. «L'avion a été pulvérisé, il n'y a que des morceaux», a-t-il raconté à Amandine Rancoule, notre journaliste présente sur place. Il a également expliqué avoir été «très étonné de voir que l'avion n'avait pas brulé dans son intégralité», indiquant n’avoir vu «que quelques flammes».

D'après le secouriste, l'avion s'est désintégré en percutant le sol. «Les débris s'étalent sur 500 m de large, au fond du vallon où il a tapé», a-t-il détaillé. «Je suis habitué à effectuer ce genre de secours, dans des accidents d'hélicoptères, mais je n'avais jamais rien vu de tel», a également témoigné le secouriste.

Un autre pilote d'hélicoptère de la sécurité civile, très choqué, a de son côté précisé avoir «vu beaucoup de crayons, de cahiers, de cartables», sur les lieux du drame.

 

19h20: A lire sur 20 Minutes: L'histoire de l'équipe de football sauvée par un changement de vol.

C'est en cliquant ici...

 

19h08: Pour la Lufthansa, le scénario du crash est «un accident»

Et toute autre théorie serait «spéculation», insiste la compagnie qui exclut donc l'hypothèse d'un détournement terroriste. «A ce stade nous considérons qu'il s'agit d'un accident et toute autre chose relèverait de la spéculation», a déclaré Heike Birlenbach, vice-présidente de la compagnie pour les ventes et services en Europe, lors d'une conférence de presse à Barcelone.

 

18h45: La zone du crash interdite de survol

Un arrêté préfectoral a été pris pour interdire de survol la zone où s'est écrasé mardi un Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, a annoncé la gendarmerie sur Twitter.  «Il s'agit d'éviter les suraccidents aériens», a précisé à l'AFP le lieutenant-colonel de gendarmerie Jean-Marc Ménichini: «Nous avons cinq hélicoptères engagés, il y a les Puma de l'armée... c'est pour éviter les accidents».

 

18h40: Ce que l'on sait du crash en deux minutes

 

Mots-clés :