VIDEO. Isère: Un directeur d’école soupçonné d'avoir violé des élèves

FAITS DIVERS Les enquêteurs ont trouvé par ailleurs une clé USB sur laquelle des films et images pédopornographiques ont été découverts…

Vincent Vantighem

— 

Illustration d'un gendarme, de la gendarmerie.
Illustration d'un gendarme, de la gendarmerie. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Il aurait imposé des fellations «par surprise». Le directeur d'une école primaire de Villefontaine (Isère) a été placé en garde à vue lundi, a-t-on appris auprès du parquet de Vienne confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Derrière un paravant, «l’atelier du goût» se déroulait au fond de la classe. Tour à tour, les élèves de CP devaient, les yeux bandés, tenter de découvrir les aliments que leur proposait de sentir et d’ingérer l’instituteur, par ailleurs directeur de l’établissement.

>> Les faits: Un directeur d'école placé en garde à vue

C’est en racontant ce qu’elles ont ressenti à leurs parents que deux jeunes filles de la classe ont lancé l’alerte en fin de semaine dernière. Soupçonné de viols sur mineurs, le directeur de cette école a été placé en garde à vue, a confirmé lundi soir le parquet de Vienne.

Une clé USB avec des images pédopornographiques

«Durant ces ateliers, il aurait proposé à des enfants de leur bander les yeux pour leur faire avaler et ingérer un certain nombre de choses qu'ils devaient reconnaître. Les deux petites filles auraient décrit quelque chose qui pourrait s'apparenter à un sexe», a précisé Matthieu Bourrette, procureur de la République au micro de BFM.

VIDEO. Notre reportage avec les parents: «C'est un prédateur auquel on a offert un gâteau»

Interpellé à son domicile, cet homme de 45 ans, a nié les faits en bloc. Mais lors de la perquisition, les enquêteurs ont trouvé une clé USB sur laquelle des films et images pédopornographiques ont été découverts.

Déjà condamné pour des faits similaires

Mais ce qui stupéfait le plus les parents d’élèves et les élus de cette ville de 18.000 habitants, c’est que cet homme n’était pas un inconnu des services judiciaires. En 2008, ce professeur des écoles avait déjà été condamné à six mois de prison avec sursis pour «recel d'images à caractère pédopornographique», avec obligation de soins et mise à l'épreuve.

L'inspection d'académie de l'Isère ignorait tout de la condamnation pour détention d'images pédophiles. «Il n'y avait rien dans son dossier concernant cette condamnation, on l'a découvert hier [lundi], a déclaré mardi l'inspectrice d'académie de l'Isère, Dominique Fis, qui s'est rendue mardi matin à l'école primaire du Mas de la Ras.