Les nouvelles stratégies des grands musées pour mieux accueillir le public

CULTURE Conçu pour accueillir 5 millions de personnes, le Louvre est le musée le plus visité au monde…

20 Minutes avec agences

— 

La pyramide du musée du Louvre à Paris, le 16 février 2010
La pyramide du musée du Louvre à Paris, le 16 février 2010 — Loïc Venance AFP

10 millions de personnes par an au Louvre, 7 millions au British Museum, 6,2 millions au Met à New York. Face à ces records d’affluence, les musées doivent repenser l'accueil des visiteurs à l'accès aux œuvres. Jean-Luc Martinez, président du Louvre déclare: «Le Louvre a été imaginé pour cinq millions de personnes». Pourtant depuis trois ans, le musée de 404 salles accueille 9 millions de visiteurs.

Agrandir les bâtiments, prolonger les horaires

Pour faciliter l’accueil du public d’ici à mi-2016, le président du Louvre vient de lancer le «Projet Pyramide». Files d'attente, billetterie, vestiaires, tout va être revu. Jean-Luc Martinez ajoute: «Si le visiteur n'est pas bien pris en charge, comment voulez-vous que la rencontre avec les œuvres d'art se passe bien».

Outre Atlantique, le musée d'Art moderne de New York va, après une première extension il y a dix ans, s’agrandir de nouveau pour accueillir la foule de curieux, près de 3 millions chaque année. Même chose pour Versailles qui va ouvrir un espace de 2.700 m2 pour accueillir une partie des 10 millions de visiteurs annuels du château et le parc. Autre option: l'extension des horaires d'ouverture. Depuis 2013, le MoMA et le Met sont accessibles 7 jours sur 7.

Un profil type changeant

Effet de la mondialisation, si le public est beaucoup plus nombreux, il est aussi beaucoup plus composite. Côté chiffres, 70% des visiteurs du Louvre sont étrangers et 80% de ceux de Versailles (dont 8% de Chinois). «Nous réfléchissons beaucoup plus à la composition de notre public et à ce qu'il attend à la National Gallery», précise Susan Foister, responsable des relations publiques au musée londonien, qui affiche plus de 6 millions de visiteurs en 2013. 

Paris: La perche à selfie, le phénomène commercial qui agace de plus en plus

Souvent en groupe ou en famille, les touristes venus de pays lointains suivent souvent un parcours balisé par trois ou quatre étapes incontournables: la Joconde et la Vénus de Milo au Louvre ou la Chambre du Roi à Versailles. Le public, qui se limite la plupart du temps à un seul musée phare par an, a aussi beaucoup rajeuni: 30% des visiteurs d'Orsay ont moins de 26 ans, 50% de ceux du Louvre en ont moins de 30.

Investir le numérique

Plusieurs musées misent aussi sur le numérique. Ainsi, la plupart des musées proposent des informations téléchargeables avant la visite. Le centre Pompidou, où deux visiteurs sur trois possèdent un smartphone, va lancer une application qui proposera un parcours individualisé, grâce à un quiz soumis à chacun.

«L'avenir est à une relation de plus en plus personnalisée avec le visiteur, malgré l'affluence, en s'inspirant des pratiques de la distribution», déclare Alain Seban, ancien directeur du Centre Pompidou. Par ailleurs, Internet permet aussi de prolonger le lien après la visite: le site du Met a reçu plus de 26 millions de visites l'an dernier et celui de la National Gallery plus de six millions.