Canada: «Tintin en Amérique» taxé de racisme par les Amérindiens

POLEMIQUE Après avoir retiré la bande dessinée, la libraire s'est ravisée et a remis l'album en vente...

20 Minutes avec agence

— 

La couverture originale de «Tintin en Amérique» a été adjugée pour 1,3 millions d'euros le 2 juin à Paris.
La couverture originale de «Tintin en Amérique» a été adjugée pour 1,3 millions d'euros le 2 juin à Paris. — JOEL SAGET / AFP

Depuis dimanche dernier, Tintin en Amérique a disparu des rayons de la librairie Chapter's de Winnipeg. Pourquoi? Parce que selon les habitants de cette ville du Manitoba (province du centre du Canada), le troisième volet des aventures de Tintin, publié en 1932, porte atteinte à l'image des autochtones. En effet, dans sa bande dessinée, l'auteur, Hergé, les qualifie de «peaux rouges».

L'album remis en vente

Pour Leslie Spillet, une militante de la cause des Amérindiens, le livre «alimente les stéréotypes» et «fait écho du racisme» subi par la communauté. S'exprimant au micro de Radio-Canada, elle souligne: «Les Indiens sont présentés comme des êtres sauvages et dangereux, des êtres que l'on doit craindre» tandis que «le petit Tintin est, là, sans défense». 

Entre-temps, la libraire s'est ravisée et a remis en vente l'album de la discorde. La direction a expliqué qu'un livre ne serait retiré des rayons «seulement s'il incite à la violence, s'il contient de la pédophilie ou s'il présente des instructions sur la fabrication d'armes».

Tintin au Congo déjà condamné

Ce n'est pas la première fois que le personnage d'Hergé est sur le banc des accusés. En 2007, l'association britannique Commission for Racial Equality (commission pour l'égalité raciale) avait demandé aux librairies Borders du Royaume-Uni de retirer Tintin au Congo de leurs rayons.

S'en étaient suivies deux plaintes: celle d'un Congolais résidant en Belgique, Bienvenu Mbutu Mondondo, et celle du Conseil représentatif des associations noires (Cran), association française qui avait demandé aux éditions Casterman et à la SA Moulinsart, qui gère l'œuvre d'Hergé, de cesser toute exploitation commerciale de l'œuvre. L'album avait finalement été jugé non raciste par la Cour d’appel de Bruxelles en décembre 2012.