La grève à la SNCF prend peu, seulement 9,93% de grévistes

TRANSPORTS Le trafic était peu perturbé ce mardi matin...

Delphine Bancaud

— 

Des agents SNCF renseignent les clients à la gare  Lyon-Part-Dieu, le 26 février 2015. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Des agents SNCF renseignent les clients à la gare Lyon-Part-Dieu, le 26 février 2015. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD — AFP

La grève lancée par la CGT, premier syndicat à la SNCF, contre la réforme ferroviaire, était suivie mardi par 9,93% des salariés, a annoncé la direction.

Le mouvement était sans impact sur la plupart des lignes. Contrairement à la grève d'une douzaine de jours menée en juin dernier à l'initiative de la CGT-Cheminots et SUD-rail, le mouvement n'est cette fois pas reconductible et seule la CGT a déposé un préavis. Il court jusqu'à mercredi 8 heures.

La CGT a appelé à débrayer le jour où le Comité central d'entreprise (CCE) est consulté sur la mise en œuvre de la réforme ferroviaire votée cet été et en cours de déploiement. La réunion a démarré en début de matinée.

La réforme ferroviaire contestée

Selon l'entreprise, les TGV et trains Intercités roulaient de façon habituelle en matinée, conformément aux prévisions. En Ile-de-France, le trafic était également normal, à l'exception du RER B, «légèrement perturbé» avec 4 trains sur 5 aux heures de pointe et 3 sur 4 aux heures creuses. Le réseau des trains régionaux était touché mais de façon limitée avec huit TER sur dix en circulation.

La réforme ferroviaire, dont le premier effet est de regrouper désormais les 149.000 salariés de la SNCF et les 1.500 employés de Réseau Ferré de France (RFF), doit permettre au nouveau groupe d'être plus concurrentiel et efficace, selon la SNCF. La nouvelle organisation doit permettre au Réseau et à l'exploitant de mieux travailler ensemble, tout en garantissant leur indépendance dans la perspective de l'ouverture totale à la concurrence.

Mais pour la CGT-Cheminots, elle «cloisonne» au contraire davantage les activités. Le syndicat demande des «négociations sur la structuration» de la nouvelle SNCF.