Deux ex-candidats au djihad relâchés par un juge des libertés et de la détention

TERRORISME Le parquet a fait appel de cette ordonnance de mise en liberté pour les deux hommes...

20 Minutes avec AFP

— 

Vue aérienne de la prison de Fleury-Mérogis
Vue aérienne de la prison de Fleury-Mérogis — ALIX PASCAL/SIPA

Selon leurs avocats, ils sont réinsérés. Deux Savoyards de 26 et 27 ans doivent sortir de prison ce week-end à la suite d'une décision d'un juge des libertés et de la détention (JLD), ont annoncé vendredi leurs avocats qui confirmaient une information du Figaro.

Le parquet a fait appel de cette ordonnance de mise en liberté pour ces deux hommes, écroués à Meaux et Fleury-Mérogis, qui avaient été mis en examen en novembre, quelques mois après leur retour de Syrie. La cour d'appel de Paris examinera cet appel la semaine prochaine. Deux autres hommes mis en examen dans la même enquête restent en détention.

>> Retours de Syrie: Comment déceler le vrai danger?

Ces hommes avaient été arrêtés à Albertville début novembre par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

«Ne pas stigmatiser tous les individus partis en Syrie»

Selon l'un de leurs avocats, Me Xavier Nogueras, le petit groupe était parti en février 2014 pour la Syrie où ils sont restés trois semaines. Ils se sont entraînés dans les rangs de l'organisation Etat islamique. Ils auraient ensuite quitté la Syrie volontairement, avant d'être expulsés de Turquie.

«La défense se félicite de cette décision courageuse du JLD qui a estimé qu'ils ne présentaient pas de dangerosité et qu'ils étaient déjà réinsérés, puisqu'ils travaillaient au moment de leur interpellation», a commenté Xavier Nogueras. «Je suis ravi que ce magistrat ait pris une décision intelligente et courageuse au terme d'une réflexion de plusieurs mois et d'un débat qui ont permis de ne pas stigmatiser tous les individus partis en Syrie», a renchéri son confrère Me Florian Lastelle.