Tuerie de Chevaline: Connaîtra-t-on un jour la vérité?

DECRYPTAGE Plus de deux ans et demi après l’assassinat de la famille al-Hilli en Haute-Savoie, le principal suspect a été identifié et mis hors de cause…

Vincent Vantighem

— 

L'entrée du village de Chevaline, photographié le 18 février 2014
L'entrée du village de Chevaline, photographié le 18 février 2014 — Jean-Pierre Clatot AFP

Il le cherchait depuis plus d’un an dans l’espoir qu’il permette enfin d’élucider l’affaire. Le principal suspect de la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie) a été identifié par les enquêteurs et finalement mis hors de cause, a révélé France Info, ce vendredi matin.

>> Les faits: La piste du motard s’effondre

Alors que les autorités ont entendu plus de 1.300 personnes pour tenter de savoir pourquoi Saad al-Hilli, sa femme et sa belle-mère, ont été abattus sur une petite route forestière de Haute-Savoie, en septembre 2012,  l’enquête est aujourd’hui au point mort. 20 Minutes fait le point sur l’affaire.

Pourquoi la piste du motard s’est-elle effondrée?

Il circulait sur la route forestière de Chevaline au moment du meurtre. Repéré par deux gardes-forestiers, ce motard avait même été contraint de faire demi-tour sur la petite route où les corps sans vie de la famille al-Hilli avaient été découverts quelques heures plus tard (lire l’encadré ci-dessous).

 

Pour le retrouver, les enquêteurs avaient donc établi son portrait-robot. Mais dix-huit mois après sa diffusion, ils ont acquis la certitude «à 95%» qu’il n’est pour rien dans cette affaire. Originaire de Lyon (Rhône), cet homme n’était dans le secteur que pour s’adonner à sa passion du parapente.

Quelle est désormais la piste principale?

Revenir aux sources. C’est toujours ce que les enquêteurs cherchent quand ils sont au point mort sur une affaire. Les juges et forces de police tentent ainsi de réactiver l’une des premières pistes évoquées après la découverte des corps.

 

Elle concerne la présence d’un 4X4 aperçu non loin des lieux du drame. Mais à ce jour, les enquêteurs ne sont toujours pas parvenus à identifier ses occupants. Et cela fait deux ans qu’ils cherchent…

Combien de personnes ont-elle été entendues?

Saad al-Hilli était britannique d’origine irakienne. Autant dire que les investigations se croisent sur plusieurs pays avec des thèses très différentes. La piste des services secrets israéliens a même été avancée par plusieurs journaux anglais. Au total, plus de 1.300 personnes ont été auditionnées par les enquêteurs. Le dossier d’une vingtaine de tomes mesure plusieurs mètres cubes. Sans succès pour l’instant.

Et la piste de l’ancien policier municipal?

Pendant trois jours, tous les médias ont cru qu’il s’agissait du tueur. Interpellé en février 2014, un ancien policier municipal amateur d’armes et résidant à proximité de Chevaline, a finalement été mis hors de cause, son ADN ne correspondant pas à ceux retrouvés sur la scène de crime. C’est l’un des problèmes de ce dossier. Les empreintes génétiques relevées par les policiers scientifiques n’ont révélé aucune correspondance avec celles contenues dans les fichiers internationaux.

Le frère de Saad al-Hilli est-il toujours suspect?

Pour certains enquêteurs, il doit toujours faire l’objet d’une surveillance particulière. Installé en Grande-Bretagne, Zaid al-Hilli le frère de l’ingénieur tué, avait été arrêté par la police britannique en juin 2013. Sur fond d’une histoire d’héritage, il était soupçonné de «complot dans le but de commettre un meurtre». Mais lui aussi a finalement été relâché, faute de preuves.

La tuerie de Chevaline

Le 5 septembre 2012, les corps sans vie de Saad al-HIlli, sa femme de 47 ans et sa belle-mère de 74 sont retrouvés criblés de balles dans leur voiture garée sur une petite route forestière de Chevaline (Haute-Savoie). Un cycliste qui serait passé par là au moment des faits est également retrouvé sans vie à côté de la voiture. Seules les deux fillettes du couple sont sauves. La plus grande est grièvement blessée. Quant à la plus petite, elle a été miraculeusement épargnée en se cachant sous le siège du véhicule.