20 Minutes : Actualités et infos en direct
POLITIQUESivens: Cazeneuve demande l'interdiction de la manifestation à Albi vendredi

Sivens: Cazeneuve demande l'interdiction de la manifestation à Albi vendredi

POLITIQUECette manifestation devait avoir lieu en marge de la réunion du Conseil général du Tarn en assemblée plénière pour débattre des solutions de remplacement au barrage controversé...
Des gendarmes français bloquent une route à Lisle-sur-Tarn menant au site du barrage de Sivens occupé par des Zadistes le 4 mars 2015
Des gendarmes français bloquent une route à Lisle-sur-Tarn menant au site du barrage de Sivens occupé par des Zadistes le 4 mars 2015 - Pascal Pavani AFP
Bérénice Dubuc

B.D. avec AFP

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a demandé ce jeudi au préfet d'interdire les manifestations qui doivent avoir lieu à Albi vendredi, en marge de la réunion du Conseil général du Tarn en assemblée plénière pour débattre des solutions de remplacement au barrage controversé de Sivens, a-t-il annoncé jeudi au Sénat.

«J'ai donné instruction au préfet» que les manifestations ne soient pas autorisées, «compte tenu des risques graves auxquels s'exposeraient les manifestants, pour leur intégrité physique» et «du climat de violence», a affirmé le ministre lors des questions d'actualité au gouvernement.

«Risques graves de trouble à l'ordre public»

Pro et antibarrage ont annoncé des rassemblements à Albi vendredi matin. «Lorsque des manifestations sont déclarées, elles ne sont interdites que dans des cas très rares où il y a des risques graves de trouble à l'ordre public sur les biens et les personnes», a expliqué le ministre.

Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Intérieur avait appelé au calme face à une «situation d'extrême tension» à Sivens (Tarn), où quelques escarmouches ont opposé agriculteurs pro-barrage et zadistes.

Escarmouches

Mercredi, des agriculteurs pro-barrage qui maintiennent depuis samedi le blocus de la «Zone à défendre» (ZAD) instaurée en octobre 2013 à Sivens, ont pénétré sur le site du chantier de la retenue d'eau où vivent encore une quarantaine de zadistes.

Zadistes et pro-barrage se sont mutuellement accusés d'agressions, de dégradations et d'intimidations. La préfecture a cependant assuré qu'aucune «confrontation directe» n'avait eu lieu mais seulement «quelques épisodes de tension et quelques dégradations».

Ce jeudi, la situation était calme sur place, mais des renforts ont été déployés, portant à «300 environ» le nombre des gendarmes aux alentours de Sivens, selon la préfecture. «On est dans la logique de l'apaisement et du calme», a-t-on précisé de même source, démentant des informations de la presse locale sur une évacuation imminente.

Sujets liés