Drones à Paris: «Pas d'inquiétude à avoir», mais «sujet pris très au sérieux»

SECURITE Le porte-parole du gouvernement Stéphane le Foll veut rassurer sans banaliser...

20 Minutes avec AFP
— 
Stéphane Le Foll à Paris le 20 février 2015.
Stéphane Le Foll à Paris le 20 février 2015. — HAMILTON-POOL/SIPA

Cessez de lever les yeux au ciel, il n'y a rien à voir. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a estimé mercredi qu'il n'y avait «pas d'inquiétudes à avoir» après un nouveau survol nocturne de la capitale par des drones, assurant toutefois que le sujet était «pris très au sérieux» et qu'une «enquête était en cours».

>> A lire Les drones, nouvelle angoisse des services de sécurité

«Il n'y pas d'inquiétude à avoir mais une vigilance, c'est un sujet pris très au sérieux», a déclaré Stéphane Le Foll à l'issue du conseil des ministres, rappelant que «ce n'est pas une spécificité française», citant l'Allemagne où la chancellerie a été survolée», «de même que la Maison Blanche» aux Etats-unis.

«Surtout ne pas banaliser cette question»

«Nous devons nous mobiliser pour retrouver les auteurs de ces survols et une enquête est en cours pour découvrir les auteurs de ces survols», a ajouté le porte-parole. «Nous sommes face à un sujet qui n'est pas facile: chacun peut utiliser un drone, le faire voler mais tout est mis en oeuvre pour retrouver les auteurs et surtout ne pas banaliser cette question», a-t-il insisté.



Après les survols de plusieurs sites parisiens, dont l'ambassade des Etats-Unis, observés dans la nuit de lundi à mardi, de nouveaux drones ont été aperçus « au moins à cinq reprises » au-dessus de la capitale entre 23h00 et 2h00 du matin. Le ou les appareils ont été aperçus notamment entre l'Assemblée Nationale et les Invalides, au-dessus de la Concorde, « le long de la Seine », ou au-dessus de certaines portes du périphérique parisien, selon une source proche du dossier.