Fraude fiscale: Des témoignages gênants pour le couple Balkany

JUSTICE Plusieurs témoignages sembleraient démontrer que les époux Balkany sont les propriétaires d’une villa qu’ils nient posséder…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Patrick et Isabelle Balkany, le 30 janvier 2015 à Paris.
Patrick et Isabelle Balkany, le 30 janvier 2015 à Paris. — PLV/SIPA

Alors qu'une enquête pour «blanchiment de fraude fiscale» vise les époux Balkany, le quotidien Libération publie ce mardi des éléments sur une villa occupée par le député-maire de Levallois-Perret et sa première adjointe. Une villa à Marrakech que le couple nie avoir acquis, affirmant la louer de temps en temps.

>> Notre dossier Balkany

Cependant, une écoute téléphonique entre Isabelle Balkany et une amie, au printemps 2013, met à mal cette version. Selon cette écoute, révélée par le quotidien, l’amie explique à Isabelle Balkany que «c’est un peu honteux, quand même, de venir systématiquement chez toi» à Marrakech.

«Le client était Balkany»

Un autre témoignage, celui d’une salariée de la fiduciaire suisse Gestrust, Diana Brush, est troublant. Cette femme, qui a participé à la mise en place des outils offshore pour acheter la villa marocaine en 2009, a alerté la justice suisse. «Nous soupçonnions Jean-Pierre Aubry [proche collaborateur de Patrick Balkany] de ne pas être le réel propriétaire» de la société offshore, affirme-t-elle.

Un livreur de meubles a également témoigné. Chargé de livrer une table de poker à la villa marocaine, il a entendu dire que «le client était Balkany». Un élément dans l’accumulation «d’achats de mobilier, de décoration et de dépenses alimentaires [qui] pourrait laisser supposer que les époux Balkany disposent de la jouissance véritable et effective de la villa», estime la cellule anti-blanchiment Tracfin. 

>> Train de vie des Balkany, de nombreuses bizarreries

Le bureau de l’Assemblée nationale doit se prononcer d’ici quelques jours sur la levée de l’immunité parlementaire de Patrick Balkany, réclamée par les juges. Quant à Isabelle Balkany, elle a finalement admis au cours d’une garde à vue en mai 2014 être la propriétaire d’une autre villa, située sur l’île de Saint-Martin.