«Marée du siècle, c’est un terme abusif»

INTERVIEW Les explications de Patrick Santurette, chef de la division marine et océanographie à Météo France, alors que des grandes marées vont se succéder…

Propos recueillis par A.-L.B.

— 

Illustration de grande marée.
Illustration de grande marée. — Peter Morrison/AP/SIPA

Les grandes marées, aux coefficients entre 100 et 120, frappent le littoral atlantique depuis jeudi et jusqu’à lundi. Par ailleurs, une marée exceptionnelle est prévue le 21 mars prochain. Les explications de Patrick Santurette, chef de la division marine et océanographie à Météo France

Tout d'abord, comment se produisent les marées?

Les marées résultent d’une oscillation du niveau de la mer. Il y a une variation de l’attraction de la lune et du soleil sur la terre. Face à cette attraction, l’élément liquide monte. 

>> VIDEO. Comment les communes se préparent aux grandes marées

Et pour les grandes marées?

C’est toujours le même phénomène, mais amplifié. Aux équinoxes, les effets de la lune et du soleil se conjuguent car ils sont dans le même axe. L’effet est plus important sur l'élément liquide.

Peut-on aujourd'hui parler de «marée du siècle»?

En 2015, nous sommes dans une année particulière car il y a une succession de marées aux coefficients proche de 120, le maximum. On appelle ces années «les marées du siècle». Mais c’est un terme abusif, car ces «marées du siècle» se produisent environ tous les 18 ans.

>> Lire: Ce vendredi, des vagues fortes mais pas de dégâts

Peut-on s’attendre aujourd'hui à une réplique de la tempête Xynthia?

Nous ne sommes pas dans cette situation. A propos de la tempête de Xynthia de 2010, rappelons qu'il y avait une tempête, associée à une marée importante mais pas exceptionnelle, en plus de pression basse. Cette conjugaison d’éléments a conduit à ce phénomène. Aujourd’hui, il y a une grande marée, une perturbation atténuée, et une pression un peu basse mais rien d’exceptionnel. Aujourd’hui, il va donc y avoir des endroits où le niveau de la mer s’élève, sur la Manche, les côtes bretonnes, vendéennes et des Charentes.

Comment est-ce que cela va se traduire?

Il y a quelques débordements et submersions attendus, accentués par le vent de sud-ouest. Cela touchera notamment le littoral vendéen, qui est placé en vigilance jaune. Je précise que le niveau jaune n’est pas le plus élevé, il existe un niveau orange. Samedi, les côtes de l’Aquitaine seront touchées. Enfin, c’est le 21 mars que sont attendues les plus fortes marées.

Quels conseils prodiguer aux internautes?

Ce sont des conseils simples: Etre prudent quand on se déplace sur le littoral, ne pas prendre de risques quand l’on va se promener…