«Mur des cons»: Procès ou pas procès pour la présidente du Syndicat de la magistrature?

JUSTICE Le parquet a fait appel de la décision de renvoyer Françoise Martres en procès, formulée par une juge d'instruction...

M.P. avec AFP

— 

Le «mur des cons», dans un local du Syndicat de la magistrature.
Le «mur des cons», dans un local du Syndicat de la magistrature. — Capture d'écran

Le suspense continue. Le parquet de Paris a annoncé à l'AFP qu'il faisait appel du renvoi en procès de la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche) Françoise Martres dans l'affaire du «Mur des cons».

Il reviendra donc à la cour d'appel de trancher pour savoir si Françoise Martres doit comparaître pour «injures publiques», comme l'a ordonné jeudi une juge d'instruction, alors que le parquet avait requis un non-lieu.

La prescription des faits dans le viseur

En avril 2013, France 3 avait diffusé des images d'un local privé du Syndicat de la magistrature, avec des photos de plusieurs responsables politiques de droite punaisées sur le mur, intitulé «le Mur des cons».

Fin janvier pourtant, le parquet de Paris avait requis un non-lieu pour la présidente du syndicat étiqueté à gauche, estimant les faits prescrits. Mais les juges d'instruction en ont décidé autrement.

Lieu privé

L'affaire avait  provoqué d'intenses polémiques à droite, certains «punaisés» ont porté plainte.

Le SM s'était défendu, qualifiant le mur de «défouloir» et regrettant des images captées à son insu «dans un lieu privé (...) qui n'est pas accessible au public».