Les mesures du «plan de lutte contre la radicalisation» en prison

SOCIETE Ce plan a été demandé par Matignon après les attentats de janvier...

F.V. avec AFP

— 

Depuis novembre, la prison de Fresnes regroupe les islamistes radicaux.
Depuis novembre, la prison de Fresnes regroupe les islamistes radicaux. — F. Dufour / AFP

Le ministère de la Justice a finalisé un «plan de lutte contre la radicalisation» en prison prévoyant notamment la création de «cinq quartiers dédiés», selon Le Figaro ce jeudi. Cette étude, demandée par le Premier ministre Manuel Valls après les attentats de janvier dernier, prévoit de créer «cinq quartiers dédiés à Fleury-Mérogis, Lille-Annoeullin, Osny et deux à Fresnes», de «20 à 25 places» chacun.

Ils seront destinés à des «détenus concernés par le terrorisme islamiste, hors individus les plus radicaux», précise le document. Par ailleurs, l'administration pénitentiaire a défini «26 établissements ayant vocation à recevoir des détenus radicalisés».

Le plan prévoit d'embaucher 18 surveillants supplémentaires pour ces quartiers.

Educateurs et psychologues

Parmi les autres mesures prévues dans le plan figurent l'amélioration des conditions de vie et l'intervention des services d'insertion et de probation. A ce titre, 100 éducateurs et psychologues -74 en 2015 et 26 en 2016- seront nommés pour renforcer ces services, critiqués pour leur manque de suivi des délinquants radicalisés au moment des attentats.

À ces 100 personnes s'ajouteront un directeur et un conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation (CPIP) qui ont vocation à être «référents antiterrorisme Paris pour les magistrats et les services pénitentiaires».

44 officiers de renseignements pénitentiaires

D'autre part, 44 officiers de renseignements pénitentiaires seront recrutés d'ici à 2016 «au profit des maisons centrales, de certains établissements de plus de 600 places et certains établissements parisiens».

En matière de de sécurité dans les établissements, 70 surveillants ERIS (unités antiémeutes) et 182 surveillants seront recrutés dont 140 sont spécialisés dans les fouilles de cellules, selon la même source.

Recrutement de 60 nouveaux aumôniers

Dans son volet prévention, le plan propose l'embauche de 60 nouveaux aumôniers contre 181 actuellement, précise le quotidien.

Enfin, cinq programmes de déradicalisation, budgétés à 1 million d'euros, sont également prévus.