EN DIRECT. Profanation de tombes juives: Cinq mineurs en garde à vue, selon le procureur... Hollande sera à Sarre-Union mardi...Roland Dumas «doit se taire», tacle Cambadélis...

LIVE Suivez les événements de la journée en direct...

C.B. avec AFP

— 

Les enquêteurs dans le cimetière juif de  Sarre-Union (Bas-Rhin), où des tombes ont été profanées
Les enquêteurs dans le cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), où des tombes ont été profanées — FREDERICK FLORIN / AFP
18h02: Ce live est désormais terminé. 
Merci de nous avoir suivis. Vous pouvez retrouver un point sur l'affaire par ici
 
17h53: Le Sénat condamne la profanation
Le Sénat a rendu un hommage solennel lundi aux victimes des fusillades au Danemark et aux chrétiens égyptiens décapités par le groupe Etat islamique en Libye, et a condamné la profanation d'un cimetière juif à Sarre-Union (Bas-Rhin).
«Ces trois évènements tragiques nous rappellent la nécessité de combattre partout et sans relâche l'intolérance, le racisme et l'antisémitisme et de ne pas transiger avec nos valeurs parmi lesquelles la liberté d'expression et la liberté de conscience», selon l’hommage lu en début de séance la vice-présidente Isabelle Debré (UMP).
«Ils nous rappellent également que l'Europe et le monde doivent demeurer unis pour poursuivre la lutte contre le terrorisme et contre une barbarie qui ne connaît pas de frontières».
 
15h56: Le consistoire israélite du Bas-Rhin porte plainte
J’ai «été mandaté pour déposer plainte pour violation de sépultures (…) suite à la profanation du cimetière juif de Sarre-Union le 15 février 2015 (…) au nom du consistoire israélite du Bas-Rhin dont ce cimetière est la propriété ainsi qu’au nom du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) .
 
15h40: Les jeunes interpellés dans leurs lycées
D'après le compte twitter du pure-player du Cuej, l'école de journalisme de Strasbourg, les quatre jeunes ont été arrêtés ce lundi matin dans leurs lycées.  
15h35: Le premier mineur s'est présenté ce lundi matin
«Ce matin, à 10h15, un jeune homme s'est présenté à la brigade de gendarmerie de Sarre-Union pour se dénoncer en disant qu'il avait participé aux faits», a détaillé le procureur de la République de Saverne Philippe Vannier. Ce jeune homme «a mis en cause d'autres garçons. Ils sont cinq au total, tous mineurs et depuis 14h45, ils sont tous en garde à vue». Ces jeunes «originaires de la région» auraient commis les faits jeudi après-midi entre 15h et 18h, selon le parquet. Ils sont «très choqués de la tournure des événements, impressionnés par la mesure de garde à vue dont ils font l'objet», a précisé Vannier.

   
15h32: Des familles «sans problème»
D'après le procureur, les mineurs mis en cause ne sont pas issus «de familles repérées par les services de police judiciaire comme posant des difficultés». 
 
15h29: Les mineurs sont «choqués de la tournure des événements», selon le procureur
 
15h26: 250 tombes profanées sur 400

 
15h25: 
15h20: Pas de «conviction idéologique»
Il n'ont pas d'«antécédents judiciaires». Ils sont âgés de 15 à 17 ans et ils n'ont pas «exprimé de conviction idéologique» particulières, selon le procureur et ils «considéraient que c'était des tombes abandonnées» . Ils sont actuellement entendu et risquent entre cinq et sept ans de prison.
 
15h10: Cinq mineurs ont été placés en garde à vue, selon le procureur
Ils sont tous «originaires» de la région, ainsi que leur familles, a précisé le magistrat. C'est l'un des jeunes qui s'est présenté de lui-même aux forces de l'ordre.

 
14h55: Gérard Larcher ira à Sarre-Union
Le président UMP du Sénat et sénateur des Yvelines se rendra mardi à la cérémonie organisée suite à la profanation des tombes juives, annonce-t-il dans un tweet:
 
14h35: François Hollande se rendra à Sarre-Union
Le chef de l'Etat sera mardi à 11h à Sarre-Union, annonce France 3 dans un tweet.  
14h25: Pellerin ne va plus à Strasbourg
La ministre Fleur Pellerin devait se rendre mardi à Strasbourg pour rencontrer les personnels de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) d’Alsace, visiter les travaux de la cathédrale ou encore signer le «Pacte culturel» avec le maire Roland Ries, mais ce déplacement a été annulé ce lundi, prévient la préfecture du Bas-Rhin.
14h14: Roland Dumas «doit se taire», dit Cambadélis
L'ancien ministre (PS) des Affaires étrangères Roland Dumas a estimé lundi sur RMC et BFMTV que Manuel Valls était «probablement» sous influence juive, évoquant ses «alliances personnelles» et, sans la nommer, l'épouse du Premier ministre, Anne Gravoin.
«C'est lamentable. C'est le discours des années 30 sur la France enjuivée. J'ai connu Roland Dumas résistant et pas reprenant le discours de ceux qu'il combattait», a réagi Cambadélis sur TV5 Monde. L'ancien ministre de François Mitterrand et ex-président du Conseil constitutionnel «doit se taire et rester dans un cadre républicain qu'il semble avoir quitté», a insisté le député de Paris pour qui cette déclaration, et la mise en cause personnelle de l'épouse du Premier ministre, «confinent à l'antisémitisme».
 
14h08: «Comment peut-on s'en prendre aux morts?»
A Sarre-Union, ce lundi matin, on est estomaqué, choqué, peiné. «Je ne comprends pas. C'est horrible, ça fait mal au cœur. Comment peut-on s'en prendre aux morts?», interroge Sylvie, une habitante de Sarre-Union venue à proximité du cimetière juif... Notre reportage sur place est à lire par ici.
 
13h16: Conférence de presse à 15h

Le parquet de Saverne (Bas-Rhin) a annoncé lundi qu'il organisait une conférence de presse à 15h pour faire le point sur l'enquête. Le procureur de la République, Philippe Vannier, tiendra sa conférence de presse au Tribunal de Grande instance (TGI) de Saverne, situé à une quarantaine de kilomètres de la commune de Sarre-Union.

13h11: Le président du Crif en «a marre»

«J'en ai marre de tous ces actes antisémites, sous leurs différentes formes, qu'on a vus le 9 janvier à Paris, hier à Copenhague et aujourd'hui en Alsace, cette haine qui s'exprime démontre qu'on a complètement raté l'éducation de nos jeunes», a dit le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Roger Cukierman, interrogé par l'AFP.
12h54: Le Conseil de l'Europe dénonce un «acte antisémite barbare»
«Je m'associe au gouvernement français et au président Hollande pour condamner cet acte antisémite barbare», a déclaré Thorbjoern Jagland, secrétaire général du Conseil de l'Europe, qui a estimé que l'antisémitisme était «en hausse en France et sur tout le continent».
«Nous ne pouvons accepter que des citoyens de confession juive soient à nouveau chassés d'Europe par la haine et le racisme. Les dirigeants politiques, les gouvernements et les institutions de l'Europe doivent tout faire pour stopper cette tendance dangereuse».
 
12h30: L’antisémitisme vient «directement de l'islamisme radical», assure Aliot
Les Juifs de France «sont les victimes de la folle politique de laxisme menée depuis trente ans», a estimé sur France Info le vice-président du FN, Louis Aliot. «On a pointé du doigt pendant des décennies l'antisémitisme supposé de l'extrême droite et du Front National et on s'aperçoit aujourd'hui que cet antisémitisme-là vient directement de l'islamisme radical», a poursuivi le député européen.
Relancé sur les «phrases» célèbres de Jean-Marie Le Pen, Aliot a vivement réagi: «les phrases de Jean-Marie Le Pen auront à mon sens toujours moins de symbole que la francisque de François Mitterrand» (décoration du régime de Vichy, NDLR).
 
12h29: «Tous les Français ressentent face à ces images une violente indignation», estime Le Pen
«Tous les Français ressentent face à ces images une violente indignation. Ces faits sont infamants, c'est d'une lâcheté inouïe. Venir profaner des sépultures, c'est vraiment quelque chose qui est incompréhensible», a réagi Marine Le Pen sur BFMTV.
«J'en appelle à la condamnation la plus ferme à l'égard de ce type de comportements (…). Le problème est qu'il existe dans notre pays, quels que soient les délits ou les crimes, un sentiment de laxisme, qui n'est pas seulement un sentiment mais une réalité. Il faut que ceux qui sont les auteurs de cette profanation de sépultures soient arrêtés, poursuivis et condamnés», a poursuivi la présidente du FN.
 
12h20: «La place des Français juifs, c'est la France», martèle Valls
Le Premier ministre a exhorté, comme François Hollande, les Juifs à rester en France et à ne pas répondre à l'appel de Benjamin Netanyahu de rejoindre Israël. «La France est blessée comme vous et la France ne veut pas votre départ. Elle vous dit une nouvelle fois son amour, son soutien et sa solidarité. Cet amour est bien plus fort que les actes de haine, fussent-ils répétés. Je regrette d'ailleurs les propos de Benjamin Netanyahu. Quand on est en campagne électorale, ça ne veut pas dire s'autoriser n'importe quelle déclaration. La place des Français juifs, c'est la France», a-t-il martelé.
 
12h04: Une cérémonie mardi au cimetière israélite de Sarre-Union
«A priori, plus de 200 tombes ont été brisées et renversées méthodiquement montrant ainsi avec quelle détermination les auteurs ont agi avec haine contre la communauté juive. (…) S'attaquer aux morts est la plus vile des bassesses humaines et nous attendons à ce que leurs auteurs soient rapidement identifiés et très sévèrement punis», écrivent dans un communiqué le Consistoire israélite du Bas-Rhin et le Conseil représentatif des institutions juives Alsace. Ils appellent par ailleurs à une cérémonie qui aura lieu ce mardi 17 à 10h au  cimetière Israélite de Sarre-Union.
 
12h: Un «spectacle désolant», selon le président de la Région Alsace
Ce matin au micro de France Bleu Alsace, le président du Conseil régional d’Alsace Philippe Richert, s’étant rendu sur les lieux hier soir, parle d’un «spectacle désolant», d’un «acharnement». Il considère qu’il s’agit d’un «acte organisé» et «prémédité» puisqu’une personne seule n’aurait pas pu faire autant de dégâts.
 
11h55: La réaction de Maréchal-Le Pen
«Qui crache sur nos tombes mérite une sanction exemplaire», a tweeté Marion Maréchal-Le Pen, ajoutant, à l'attention du président de la République, que «les chrétiens sont les premières victimes des profanations».
 
11h48: La gendarmerie toujours sur place
Les techniciens de l'investigation criminelle de la gendarmerie de Strasbourg poursuivent leur enquête dans le cimetière, comme le montre une photo tweetée par notre correspondant sur place: 
 
11h28: Le «profond dégoût» de Le Maire
Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure, a exprimé son «profond dégoût» devant «l'antisémitisme chronique» qui existe «désormais» en France, lundi sur France Inter. Faisant allusion à ce qui s'est passé à Copenhague samedi, Le Maire a dit sa «consternation».
Selon lui, «il faut prendre un certain nombre de mesures toujours pas prises» à ce jour, notamment «adopter, au niveau européen, ce fameux PNR qui permettrait de contrôler les listes de passagers» des transports aériens. «Il y a urgence à ce que le Parlement européen vote cette disposition», il y a également «urgence à ce que l'on renforce Schengen», a-t-il martelé.
 
11h11: Une minute de silence à Strasbourg
Jean-Emmanuel Robert, conseiller municipal de l’opposition (UMP) de Strasbourg et délégué UMP de la Première circonscription du Bas-Rhin, annonce que le conseil municipal de cet après-midi (15h) débutera avec une minute de silence. Ça avait été le cas déjà après les attaques parisiennes en janvier.

 
9h38: Hollande devrait se rendre dans le Bas-Rhin mardi
François Hollande a annoncé lundi à Montry (Seine-et-Marne) qu'il se rendrait mardi dans le Bas-Rhin, «si les conditions sont réunies», à une cérémonie après la profanation des tombes. Le chef de l'Etat a aussi appelé la communauté nationale au «sursaut» après ce nouvel acte antisémite et assuré que les juifs ont «leur place en Europe et en particulier en France», en dépit de l'appel aux Juifs du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à rejoindre Israël.
 
8h36: Le CFCM condamne ces actes «odieux»
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a condamné lundi «avec la plus extrême vigueur» les actes «odieux» contre la communauté juive à Copenhague mais aussi en Alsace, où des centaines de tombes ont été profanées la veille.
«La France, pays d'accueil, de fraternité républicaine et de respect mutuel saura protéger les minorités dans leur deuil extrême et dans la protection efficace de leurs morts», a également affirmé le président du CFCM Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, dans une déclaration lue à l'AFP.
 
8h07: «Il faut que l'islam de France assume», estime Valls
Manuel Valls a appelé lundi l'islam de France à prendre «totalement ses responsabilités» et a appelé à «l'unité» pour «combattre l'islamo-fascisme» après les deux fusillades de Copenhague, réplique apparente des attentats de Paris, et la profanation d'un cimetière juif en Alsace.
«Pour combattre cet islamo-fascisme, puisque c'est ainsi qu'il faut le nommer, l'unité doit être notre force. Il ne faut céder ni à la peur, ni à la division. Mais il faut en même temps poser tous les problèmes: combattre le terrorisme, mobiliser la société autour de la laïcité, combattre l'antisémitisme (...) Il faut désormais une rupture. Il faut que l'islam de France assume, qu'il prenne totalement ses responsabilités, c'est ce que demandent d'ailleurs l'immense majorité de nos compatriotes musulmans», a déclaré le Premier ministre sur RTL.
 

8h05: «Pas de piste à ce stade», reconnaît Valls 
Manuel Valls a indiqué lundi sur RTL qu'il n'y avait «pas de piste à ce stade» après la découverte des centaines de tombes profanées. Il a qualifié cette profanation d'«acte antisémite», contre lequel il faut «la répression la plus forte qui soit». «La République une nouvelle fois doit être impitoyable», a-t-il assuré.
 

Environ 300 tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur qui a promis une nouvelle fois de lutter avec détermination contre l'antisémitisme. «La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage», a déclaré Bernard Cazeneuve dans un communiqué, condamnant «avec la plus grande fermeté» cet «acte odieux».