Action contre les péages trop chers: Les sociétés d'autoroute contre-attaquent

CONSOMMATION Dans un communiqué, l'Asfa critique les chiffres avancés par «Le Parisien»...

O. G. avec AFP

— 

Les concessionnaires d'autoroutes affirment n'avoir "aucune marge de manoeuvre" pour l'application des lois tarifaires fixant les augmentations annuelles des péages, en réponse au souhait de Ségolène Royal de voir ces tarifs gelés en 2015
Les concessionnaires d'autoroutes affirment n'avoir "aucune marge de manoeuvre" pour l'application des lois tarifaires fixant les augmentations annuelles des péages, en réponse au souhait de Ségolène Royal de voir ces tarifs gelés en 2015 — Philippe Huguen AFP

Stop aux tarifs élevés des péages sur certaines routes et autoroutes! Une action collective d'usagers, menée par Corinne Lepage, est engagée contre les sociétés d'autoroutes afin de contester les tarifs onéreux des péages sur cinq portions construites depuis des décennies, a dévoilé ce vendredi Le Parisien.

>> Autoroutes: Royal veut des péages moins chers pour le covoiturage

Des tarifs 20% trop cher selon Corinne Lepage

Les usagers de ces autoroutes peuvent, à partir de vendredi et jusqu'en juin prochain, remplir un formulaire sur le site actioncivile.com et demander un remboursement de 20 %. Peu après 9h vendredi, l'action comptait 1.675 plaignants. Les initiateurs de cette action prévoient de faire une demande de médiation avec les sociétés. Mais si elle n'aboutit pas dans un délai d'un mois, des recours seront déposés auprès des tribunaux d'instance.

«Le but est d'exiger des sociétés d'autoroutes le juste prix du ticket de péage», souligne Corinne Lepage dans les colonnes du quotidien, précisant que «le tarif actuel est d'au moins 20 % supérieur à ce qu'il devrait être.»

La réponse des sociétés d'autoroutes

Une action qui, évidemment, n’a pas plu à l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa) qui a réagi vendredi matin par un communiqué de presse. L’association estime que «le dossier publié dans le Parisien ne repose sur aucune réalité juridique ou économique».

Les péages «couvrent les dépenses de toute nature liées à la construction, à l’exploitation, à l’entretien, à l’aménagement de l’infrastructure, ainsi que la rémunération et l’amortissement des capitaux investis par le délégataire. Les tarifs de péage sont fixés par l’État qui contrôle, avant de les approuver, le respect strict de la loi.» Et l’association d’assurer qu'«il n’existe aucune autoroute comptablement amortie», assure le document. En effet, les péages perçus sur les autoroutes les plus anciennes, à fort trafic, permettent d’asseoir le financement des autoroutes plus récentes à moindre trafic, grâce à une péréquation financière interne à chaque concession». Cette action des consommateurs s'inscrit dans un contacte tendu:le gouvernement regarde de plus près les marges des sociétés d'autoroutes. Fin janvier, Manuel Valls a annoncé la décision du gouvernement de suspendre la hausse des péages autoroutiers de 0,57% prévue le 1er février. Et Michel Sapin a dit son soutien ce vendredi matin à cette action collective d'usagers...

>> Plus de 3 Français sur 4 favorables à une nationalisation des autoroutes