EN DIRECT. Procès du Carlton: DSK en a "assez" des questions sur ses pratiques... Jade a fait du tourisme à Washington...

JUSTICE Suivez la suite de l'audition de Dominique Strauss-Kahn devant le tribunal correctionnel de Lille (Nord) dans l'affaire du Carlton...

De notre envoyé spécial à Lille (Nord), Vincent Vantighem
— 
Un dessin illustrant Dominique Strauss-Kahn, à la barre pendant le procès du Carlton, à Lille, le 10 février 2015.
Un dessin illustrant Dominique Strauss-Kahn, à la barre pendant le procès du Carlton, à Lille, le 10 février 2015. — BENOIT PEYRUCQ / AFP
12h : Vers une suspension d'audience.Le président va suspendre l'audience dans quelques minutes. On se retrouve à 14h pour assister à la nouvelle audition de DSK.
12h06 : J'étais un "cadeau" pour cet hommeJade rappelle qu'elle a eu un rapport avec un homme Français sur place. "J'ai appris après que j'étais un cadeau pour ce Monsieur", lâche Jade. "C'était dans le cadre des 2.000 euros que j'ai touchés. Je devais justifier mon salaire. C'est en rentrant en Belgique que j'ai découvert qui c'était..." C'est Fabrice Paskowski qui l'a demandé à Jade.Dans le dossier, DSK aurait demandé à son "ami" si le "cadeau" lui a plu, par SMS. Ce qui impliquerait qu'il n'ignorait pas le statut de "prostituée" de Jade. Les avocats de DSK font 'non' de la tête.
12h03 : DSK devait se douter... "Faut arrêter, dis Jade. Il y a naïf et naïf. Mais vu les compétences qu'il a. On n'est pas cons, non plus. On n'est pas dupes. Enfin, moi, je ne le suis pas... Il a refusé l'expertise mais je pense qu'il a un QI supérieur au mien..."Jade pense qu'elle était la seule prostituée lors du voyage à Washington...
12h : Un souvenir de Washington "Elle faisait partie de mes photos avec les écureuils et les bouches d'aération qui soufflent de la fumée", raconte DSK. "C'était un souvenir de Washington", précise le président.
11h58 : Une photo de Jade et DSK au FMILe président sort une photo des deux protagonistes au FMI. "Vous êtes souriante?", dit-il. "Ben oui, elle est sympa...", répond la jeune femme. Le président Lemaire rappelle qu'elle avait été choquée par les pratiques précédentes.Dans le dossier, DSK s'en est servi en disant qu'il n'aurait jamais fait de photo avec une prostituée, vu le risque que cela aurait pu représenter.
11h56 : On m'a demandé d'avoir un rapport avec un autre "On m'a demandé d'avoir un rapport avec un autre Monsieur que je ne connaissais pas. C'est en rentrant en Belgique que j'ai appris qui c'était. Il était connu. Mais je ne le connaissais pas." Selon le dossier, il s'agissait du peintre Titouan Lamazou.
11h51 : C'était louche à l'aéroportJade explique que la douanière a été surprise de voir débarquer autant de monde, simplement pour trois jours. Jade qui parle trois langues couramment a joué les traductrices. Elle explique qu'elle a ensuite pris un ticket de bus et a joué les touristes..."Le nombre de rapports n'étaient pas précisé... J'ai commencé des préliminaires avec DSK et sa compagne sur mon lit. Mais ça a tourné au fiasco car une fille n'a pas voulu se mêler à nous. Ca a jeté un froid..."
11h49 : "J'étais contente de partir en excusion"Jade explique que DSK l'avait déçue par le passé. Mais qu'elle était contente de partir aux Etats-Unis qu'elle ne connaissait pas. "J'ai demandé à Fabrice qu'il essaye d'obtenir le plus possible. Il m'a dit 2.000 euros. J'en devais 1.800 à mon avocate. Je n'avais rien à financer. Tout était payé."
11h47 : Au tour de David Roquet "C'est vous qui avez payé Jade. Pourquoi avoir mis six mois?" "Fabrice avait essayé de faire des virements. Cela ne marchait pas. Bref, j'ai retiré 2.000 euros." Alors qu'il n'a pas pu participer, n'ayant pas de passeport. "C'est un peu con", reconnaît-il.Jade revient à la barre.
11h44 : Paskowski à la pharmacieFabrice Paskowski rappelle qu'il est allé à Washington pour visiter des pharmacies dans le cadre de son travail. Il était gérant de la société Médicalis. Et il voulait aussi rendre visite à son "ami" DSK sur place depuis deux ans déjà..."Pourquoi des accompagnatrices?", demande le président. "C'était un groupe d'amis. On était sollicités, elles nous demandaient de venir avec nous...", se défend difficilement Fabrice Paskowski.
11h40 : On part à WashingtonA ce sujet, Jade a mis six mois à se faire payer 2.000 euros pour sa "prestation" alors "qu'elle était en situation de nécessité", rappelle le président. Fabrice Paskowski est à la barre.
11h32 : Un procès pour "pratiques dévoyées"Il aura donc fallu la deuxième journée d'audience pour que DSK critique le procès pour ses "pratiques sexuelles" qui lui est fait. Rappelons qu'il est renvoyé pour "proxénétisme aggravé", soit le fait d'aider, d'assister ou de protéger la prostitution d'autrui.La ligne de défense de l'ancien patron du FMI est toujours la même. "J'ignorais qu'il s'agissait de prostituées." Difficile alors de le condamner pour les avoir aidées... Pour l'instant, le tribunal ne tient aucune preuve tangible et fiable impliquant, pénalement, DSK.
11h30 : Fabrice Paskowski demande "pardon" à JadeTrès bonne, la substitut du procureur avait exhorté, mardi, Fabrice Paskowski à reconnaître l'horreur des faits. Message entendu. Il a demandé 'pardon' à Jade à la barre.Grâce à l'affaire du #Carlton les derniers naïfs découvrent enfin toute l'horreur crue de la prostitution. Le plus vieil esclavage du monde. — Le Traqueur (@trakr_stellaire) February 11, 2015
11h24 : Que retenir de l'audition de DSK?Première fêlure dans l'armure de l'ancien patron du FMI. DSK a reconnu qu'il avait une sexualité un "peu plus rude" que la moyenne des hommes. Au passage, il a commencé à s'énerver des "sempiternelles questions sur ses pratiques sexuelles". Mais il n'a toujours rien lâché. Selon lui, rien ne pouvait lui laisser penser que les filles étaient prostituées.Au tour de Fabrice Paskowski de revenir à la barre...
11h21 : DSK en a assez des questions "Je commence à en avoir un peu assez. La prévention n'a pas retenu de charges pour 'comportements sexuels'. Libre à chacun de les apprécier." La voix de DSK tonne dans l'enceinte."Pourquoi revenir sempiternellement sur mes pratiques sexuelles?"
11h19 : La souffrance des prostituées pendant les rapports "Il y a aussi de nombreuses déclarations qui disent que les choses sont courtoises, commence DSK. Mais vous avez raison, deux personnes disent qu'elles ont mal vécu les choses. Je ne m'en suis pas rendu compte. L'intéressée ne me l'a pas dit. Elle simulait. Bien malin qui peut faire la différence entre quelqu'un qui simule et quelqu'un qui ne simule pas. Ce n'est pas mon cas..."
11h17 : Je n'organise pas les soirées "Non, je ne passe pas Fabrice Paskowski pour organiser les rencontres..." DSK commence à s'énerver des questions de la partie civile. "D'ailleurs, il y a d'autres rencontres avec d'autres personnes. Je n'organise rien..."
11h13 : L'expertise de DSK sur les "clubs"Interrogé sur les liens entre prostituées et libertins, DSK explique que c'est possible dans certains clubs. Mais ils ne les fréquentent pas. "Vous savez donc que ça existe?", relance l'avocat. "Oui, répond DSK. C'est comme les poissons volants. Ca existe mais ce n'est pas le plus courant..."
11h08 : Les questions se poursuivent pour DSK "Jade fait des strip-tease dans un club, attaque l'avocat des parties civiles. Cela ne vous a pas mis un doute?" "Aucun, répond DSK. Rien n'implique qu'elle soit prostituée...""J'ai fréquenté beaucoup de clubs libertins. Que cette femme me dise qu'elle fait un spectacle de danse, très bien. Elle aurait pu tout autant faire la cuisine...Je ne vois pas en quoi cela en fait une prostituée"
11h06 : "Je dois avoir une sexualité rude", avoue DSKInterrogé, DSK reconnaît qu'il a découvert, à travers ce dossier, qu'il avait "une sexualité un peu plus rude que la normale." Deux prostituées, Malika et Jade ont expliqué avoir subi des assauts, en pleurs...
11h03 : "J'ignorais la rémunération de Jade" "J'ignorais qu'elle était rémunérée. Rien ne me laissait imaginer que cette jeune femme était autre chose qu'une libertine." DSK disserte sur ce que "les jeunes appellent des after". "On se dit après la soirée 'Pourquoi pas continuer'. C'est tout..."
11h : "Oui, il y a eu une sexualité à trois..." "J'ai découvert combien cet épisode avait choqué Jade. Je m'en suis excusé car, sur le moment, je n'ai pas perçu ça. J'avais peu de moyens de m'en rendre compte... Si elle l'avait si mal vécue, pourquoi n'est-elle pas partie tout de suite? Elle a pris un café. Notre relation était amicale. Je n'avais aucun moyen de m'en rendre compte. Si ce n'est lors de la confrontation. J'en suis désolé que cela se soit passé comme ça..."
10h58 : "J'ai rencontré Jade trois fois" "Il y a le Murano, le Tantra qui s'est poursuivi à l'Amigo et enfin Washington. Il n'y a qu'à l'Amigo que nous avons eu une relation", attaque-t-il. Opération de minimisation des propos de Jade. "On veut faire croire qu'elle était là pour moi et qu'elle était prostituée alors que la seule fois où on a couché ensemble, c'était à mon initiative..."
10h56 : Le spectacle de danse érotique de Jade "Elle m'a raconté ce qui se passe dans tous les clubs libertins. Je me suis dit qu'elle faisait un spectacle. Mais cela n'en fait pas une prostituée."DSK est à nouveau très bon à la barre. Il démine le témoignage de Jade, point par point...
10h55 : Que s'est-il passé à l'hôtel Amigo? "Abattage, boucherie: tout le vocabulaire animalier y passe, déplore DSK. La pratique sexuelle peut ne pas plaire à Jade. Certes mais cela n'implique en rien la présence de prostituées... On dit depuis le départ. C'était de l'abattage donc il y avait des prostituées. C'est absurde!"
10h52 : "Vous me flattez beaucoup, Monsieur le président..."DSK précise que tous les participants n'étaient pas là "que" pour lui. "C'était un club comme un autre club. Est-ce que j'ai servi de produit d'appel? Je n'en sais rien. Ce n'était pas nécessaire. Je suis rentré à Bruxelles en voiture avec Jade..."
10h50 : L'audience reprendDominique Strauss-Kahn s'approche doucement de la barre. On parle de la soirée au club Le Tantra, en Belgique. "J'avais une réunion le lendemain à Bruxelles, attaque-t-il. Je ne suis pas du tout surpris de voir 40 personnes dans ce club. Au passage, ce club n'a pas été réservé pour moi. Ca n'a aucun sens..."
10h32 : Suspension d'audience de dix minutesEnsuite, ce sera au tour de DSK de déposer à la barre.
10h30 : Esclandre en pleine audience "Vous avez donc subi une agression", reprend l'avocat qui conseille une association de défense des prostituées. Henri Leclerc, avocat de DSK, sort de ses gonds. "Vous ne pouvez pas dire ça. Personne ici n'est renvoyé pour 'agression'." L'audience se tend...
10h29 : La question du respectRichard Malka, autre avocat de DSK, reprend la main. "Dans le dossier, vous avez expliqué que personne ne vous avait jamais manqué de respect." Jade explique "A Washington, oui, ils étaient gentils..."
10h25 : DSK s'agite sur chaiseDétendu voire impassible mardi, Dominique Strauss-Kahn s'agite un peu plus ce mercredi. Il bouge sur sa chaise, avise ses avocats. Il sait qu'il va devoir redescendre dans l'arène pour parler des faits. Mardi, il s'était défendu brillamment.
10h19 : Jade s'effondre à la barre...La jeune femme s'effondre littéralement. L'avocate de DSK vient de prononcer le nom de la pratique que Jade voulait taire. "Est-ce utile que tout le monde sache ça? Quand je vais reprendre le travail la semaine prochaine...""Vous en avez parlé vous-même, Madame, reprend le président. Il fallait en parler. Continuez à répondre." Jade décide de ne plus répondre aux questions des avocats de DSK.
10h16 : La question des "pratiques sexuelles"L'avocate de DSK, Frédérique Beaulieu, demande si certaines pratiques sexuelles sont "réservées" aux prostituées. "Ne pouvons-nous pas chacun dans notre vie avoir aussi ce genre de pratique?", interroge l'avocate.Jade répond brillamment. "Quand on est amoureux, on pose la question avant ce genre de pratique. Est-ce que je peux... Est-ce que tu aimerais... Là, je me suis fait empaler sans rien pouvoir dire..."
10h10 : La "compagne" de DSKA noter que quand Jade évoque la compagne de DSK, il ne s'agit, bien sûr, pas d'Anne Sinclair. L'ancien favori des sondages en vue de la présidentielle de 2012 a expliqué qu'il venait "accompagné" à ces soirées avec une "libertine". Son nom n'a jamais été dévoilée ni dans le dossier, ni dans la presse. D'ailleurs, Jade précise que la "compagne" n'était pas toujours la même personne mais répondait aux mêmes exigences physiques de DSK.
10h06 : DSK s'est redressé sur sa chaiseL'ancien président du Fonds monétaire international s'est redressé et écoute Jade. Il sait qu'il va devoir réagir à ce témoignage très fort. Lors de la confrontation, pendant l'instruction, il s'était excusé auprès de Jade pour ce rapport réalisé dans l'hôtel Amigo de Bruxelles (Belgique).
10h02 : Le retour du débat sur le préservatifJade explique qu'elle a exigé que DSK porte un préservatif. "Entre ça et la discussion dans la voiture, il ne pouvait pas ne pas savoir que j'étais prostituée. Je ne suis pas dentiste, tout de même. Je lui raconte que j'ai des rapports sur scène...""Mais, vous ne lui avez pas dit que vous aviez touché 500 euros?", relance le président. "Non, on m'avait dit d'être discret... S'ils m'ont recontacté, c'est parce qu'ils savent que je n'en avais parlé à personne."
9h58 : Pourquoi est-elle allée à Washington? "Mais alors, pourquoi vous êtes allée à Washington après?", interroge le président, marqué par le témoignage de Jade. "Mais pour 2.000 euros. J'en devais déjà 1.800 à mon avocate. Et puis j'aime voyager. Je ne connaissais pas Washington. J'ai fait des photos des écureuils à côté de la Maison Blanche..."
9h54 : Jade ne veut pas rentrer dans les détailsElle pleure doucement. Elle dit "Cette soirée a duré beaucoup trop longtemps... C'est difficile de raconter." "On va essayer de vous aider, Madame, lance le président. Avez-vous du faire des choses contre nature?" DSK est impassible."Il y a eu un moment plus que désagréable, raconte-t-elle quand j'ai tourné le dos à M. Strauss-Kahn. J'ai subi une pénétration qui ne m'a pas été demandé. A laquelle j'aurai dit non parce que je ne veux pas de ça... Aucun autre client n'a jamais osé me faire ça..."
9h51 : Jade craque un peu à la barre "Vous êtes restée combien de temps?" "Sans doute trop longtemps..." La jeune femme craque à la barre. "J'ai pris plusieurs douches après le rapport...", lâche-t-elle en maltraitant un mouchoir.
9h49 : Jade suit DSK dans son hôtel à BruxellesLa prostituée raconte qu'elle suit DSK dans son hôtel à Bruxelles pour avoir une relation avec lui. "J'avais besoin de cet argent. DSK m'a dit 'Ce serait bien qu'on se retrouve dans la chambre'.Sa compagne m'a demandé d'être prudente. Il est rentré seul. Nous avons suivi avec sa compagne ensuite..."
9h47 : La conversation avec DSK dans la voitureJade raconte qu'elle a passé une heure en voiture avec DSK. "Je lui dit que je travaille dans un club échangiste que je fais des spectacles qui se terminent par un rapport sexuel sur scène. On parlait de la prostitution en général en Belgique. La discussion est partie comme ça. La compagne de DSK était à côté de moi. DSK était derrière. Il m'a dit 'Ah bah, ce serait sympa de venir te voir..."
9h44 : Une relation au Tantra avec David RoquetJade raconte qu'elle a tout de même eu une relation "bucale" avec David Roquet. Mais rien sur place avec DSK. "Je ne voulais pas faire ça là. Comme j'ai été payée, je me suis dit que j'allais quand même avoir une relation avec lui en le ramenant en voiture... C'est normal, j'avais été payée 500 euros"
9h39 : Il y avait pas mal de monde au TantraJade a été payée 500 euros pour cette soirée mais n'a rien fait. "A ce moment là, c'est une boucherie, je refuse. Ils sont tous sur un matelas, dans tous les sens. C'était dix fois pire qu'au Murano. C'était un tableau assez avilisant. Moi, je ne me mélange pas à ça. Je ne sais pas si ces gens sont propres. Je n'adhère pas à ce mic-mac..."
9h37 : Le club Tantra "spécialisé"Cette soirée a eu lieu à l'automne 2009. Jade raconte qu'elle s'y est rendue seule avec sa voiture. "C'était en pleine campagne. J'ai eu du mal à trouver", raconte-t-elle. Le président Bernard Lemaire fait passer des photos du club et décrit les "massages tantriques" qu'il propose. Sont concernés David Roquet, Fabrice Paskowski et DSK. "Quand je suis arrivée, il était déjà occupé", poursuit Jade en parlant de l'ancien patron du FMI.
9h35 : L'audience est rouverteOn attaque avec Jade à la barre. On va poursuivre sur une rencontre au club Tantra, précise le président. "C'est un club échangiste qui a été réservé pour une soirée", précise Jade.
9h31 : Beaucoup d'étudiants en droit dans le publicCe mercredi, une classe quasi entière d'étudiants en cinquième année de droit à Lille patientait devant le palais de justice. "D'habitude, ce genre de procès se déroule à Paris, lâche Malika, l'une des étudiantes âgée de 26 ans. Pour une fois que c'est à Lille, on ne va pas manquer l'occasion..." Rappelons que DSK et les treize prévenus sont accusés de "proxénétisme aggravé" et qu'ils encourent une peine de dix ans de prison et une amende de 1,5 million d'euros, d'après le Code pénal.Quand ton prof commence dès 9h à te dire qu'il est pour une reconstitution au procès pénal #DSK #Carlton — Roustine (@Rourouroustine) February 11, 2015
9h13 : "Je suis libertine" sur France Bleu NordErreur de programmation? Coïncidence? Mauvais goût? Après avoir consacré une bonne partie de son journal de 9h à l'affaire du Carlton, la radio France Bleu Nord a balancé "Je suis libertine" de Mylène Farmer sur les ondes, suscitant quelques railleries sur Twitter. "On est en plein dans l'actu", souffle l'un des journalistes de la radio depuis la salle d'audience.#Carlton : @fbleunord diffuse "Je suis libertine" après le flash de 9h00...— Olivier Aballain (@aballain) February 11, 2015Pour ceux qui auraient oublié ce tube...
9h02 : Les Femen seront jugées pour "exhibition sexuelle"Comme nous le relations, mardi matin, trois Femen ont accueilli Dominique Strauss-Kahn, seins nus, à son arrivée au palais de justice de Lille (Nord). Nos confrères de La Voix du Nord nous apprennent, ce mercredi, qu'elles seront jugées pour "exhibition sexuelle" le 16 décembre 2015. Elles ont crié "Mac-clients déclarés coupables" et "Your turn to be fucked" à l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI).Procès Carlton: arrivée de DSK accueilli par... par 20Minutes
8h39 : Ce que les soirées du Carlton nous apprennentPour vous mettre dans l'ambiance -un peu glauque, il faut l'avouer- 20 Minutes vous propose de relire l'article que nous avions publié avant l'ouverture du procès. Intitulé "Ce que les soirées du Carlton nous apprennent sur la vie sexuelle de DSK", il revient sur les différentes soirées émaillant le dossier d'instruction et brosse en creux le portrait de cet homme, ancien favori des sondages en vue de la présidentielle de 2012, capable d'avoir des relations avec "dix ou quinze filles en une soirée".C'est à lire par ici...
8h36 : Du public dès 5h du matin...Interrogé par 20 Minutes, Bernard, 56 ans, assure qu'il est arrivé le premier, ce mercredi, devant le palais de justice de Lille. "J'étais là à 5h, assure-t-il. Hier [mardi], je suis arrivé trop tard pour avoir une place dans la salle..." Le public est très nombreux pour assister à l'audience. "On a tout lu dans les journaux, on veut connaître la suite du feuilleton", se marre Jean.
8h33 : L'audience va débuter à 9h30Grosse journée en perspective pour Dominique Strauss-Kahn. Le président du tribunal de Lille (Nord), Bernard Lemaire, a décidé d'auditionner les filles une par une, de manière à décrypter chaque soirée. On devrait donc se concentrer aujourd'hui sur l'une des "fêtes", comme les nomme DSK, organisée à Washington (Etats-Unis), alors que le prévenu le plus célèbre de cette affaire était encore directeur du Fonds monétaire international (FMI).
«Manifestement, nous n'avons pas vécu les choses de la même manière...» Brillant, Dominique Strauss-Kahn a passé la journée de mardi à se défendre des accusations de «proxénétisme aggravé» qui pèsent sur lui dans le dossier du Carlton. Confronté aux témoignages de Malika et de Jade*, l'ancien patron du Fonds monétaire international a maintenu sa ligne de défense. Oui, il aime «le sexe pour le plaisir du sexe» et non, il ne savait pas que les filles étaient rémunérées. «Si j'avais su, j'aurais tout arrêté», a-t-il confié.

>> La «fête» pour DSK n'était qu'une «boucherie» pour Jade
 

Ce mercredi, le tribunal de Lille devrait traverser l'Atlantique pour se concentrer sur une de ces «récréations» où des prostituées ont été emmenées. Impassible une bonne partie de la journée de mardi, DSK devrait continuer à dévoiler, sans aucun fard, les détails de sa vie sexuelle qu'il défend tranquillement.
 

>> En direct: Revivez les moments forts de la journée de mardi