Sécurité routière: Un nouveau film émouvant sur les grands blessés de la route

PREVENTION Chaque année, 35.000 personnes sont grièvement atteintes à la suite d'accidents...

Delphine Bancaud

— 

L'accident a fait deux blessés.
L'accident a fait deux blessés. — BMPM-Stephane Besse

Les images valent mieux que les mots. La nouvelle campagne de la Sécurité routière présentée ce lundi, met en lumière quelques instants douloureux de la vie des blessés de la route. On y voit des corps mutilés, des personnes devenues handicapées pendant leurs soins ou des enfants regardant leur père incapable de se mouvoir tout seul.

«Combien de temps allons-nous continuer à croire que 100 blessés graves par jour ce n'est pas si grave que ça?», interroge une voix off, qui rappelle aussi qu' «un accident peut durer toute une vie»,  que «réparer les corps» ne suffit pas à «réparer des vies».

Des conséquences en cascade pour les victimes

Diffusée à la télévision à partir de vendredi, veille de grands départs pour les vacances d'hiver, ce clip est déjà disponible sur Youtube. Alors que les chiffres de la mortalité routière sont régulièrement diffusés dans les médias, ceux des blessés le sont beaucoup moins. Et pourtant, leur réalité est bien sombre: sur les 900 blessés quotidiens sur les routes, 100 le sont gravement.  Avec «des séquelles physiques, cognitives, psychologiques, familiales, pour les victimes mais aussi pour leur entourage», explique la Sécurité routière dans un communiqué. Sans oublier les conséquences économiques et sociales, car ces accidents provoquent aussi parfois une perte d'emploi, des problèmes financiers liés au réaménagement des lieux de vie....

Et chaque année, 35.000 personnes sont blessées gravement sur les routes selon une étude de l'Institut français de sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR), qui précise que 70% d'entre eux sont des usagers «vulnérables » (15.000 usagers de deux-roues, 5.000 cyclistes et 4.000 piétons). Et les jeunes sont particulièrement touchés (14.000 blessés ont moins de 30 ans chaque année).