Suicide des homosexuels, bis et trans: L'Inter-LGBT lance une campagne choc

SOCIETE A l'occasion de la Journée nationale de prévention contre le suicide, l'interassociative a publié deux affiches de sensibilisation...

20 Minutes avec agence
— 
Les deux visuels de la campagne contre le suicides des personnes homosexuelles, bisexuelles ou trans conçue par l'Inter-LGBT en 2015.
Les deux visuels de la campagne contre le suicides des personnes homosexuelles, bisexuelles ou trans conçue par l'Inter-LGBT en 2015. — Inter-LGBT

Le nombre de suicides chez les lesbiennes, gays, bisexuels ou trans (LGBT) est quatre fois plus important que chez le reste de la population, selon une enquête de l'Inpes, réalisée l'an dernier.

La cause de cette mort volontaire ne serait autre que les discriminations subies au quotidien. Alors, l'Inter-LGBT (une structure interassociative) a profité de la Journée de prévention nationale contre le suicide, ce jeudi, pour publier une campagne de sensibilisation choc. 

La peur du regard des autres

Parce que la campagne lancée le 10 septembre 2014, lors de la Journée mondiale de lutte contre le suicide, n'avait pas assez marqué les esprits, l’Inter-LGBT monte d'un cran et dévoile deux affiches loin d'être lisses. La première assène le slogan: «Pour se jeter du 6e étage, il ne faut vraiment pas être un PD. En fait, si». L'autre: «Les gouines se suicident beaucoup plus que la moyenne».


Sur son site internet l'association rappelle que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans son plan d’action 2013-2020, avait mis clairement en évidence le lien entre discriminations, violences, et augmentation du taux de suicide des personnes LGBT. Sans compter que dans un rapport remis au Sénat en 2013, on apprenait que les raisons du suicide chez les jeunes homosexuels étaient dues à 64% à la précarité et la peur de se confronter au regard des autres et au rejet.

 


 

Ainsi, derrière ces images choquantes, les chiffres le sont tout autant: «Le taux de prévalence de risque suicidaire est de 3-4% dans la population globale, alors qu'il est de 12-13% chez les personnes LGBT», a ainsi confié au Huffington Post Nicolas Rividi, porte-parole de la fédération. Et le taux de tentative de suicide fait un bond lorsqu'il s'agit des personnes les plus précaires, notamment les trans. 67% des trans de 16 à 26 ans ont «déjà pensé au suicide» et 34% ont déjà fait «une ou des tentative(s)», selon l'association Homosexualité et socialisme, citée par Libération.