Crash d’avion, chute de falaise ou d’un pont… Attention, prendre un selfie peut vous coûter la vie

FAITS DIVERS Un avion se serait crashé dans le Colorado en 2014 à cause du pilote qui prenait un selfie en plein vol, selon les autorités américaines…

Vincent Vantighem

— 

Le selfie du Britannique Lee Thompson en haut du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, au Brésil.
Le selfie du Britannique Lee Thompson en haut du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro, au Brésil. — The Flash Pack / Lee Thompson

Amritpal Singh avait la tête dans les nuages. Et c’est, sans doute, ce qui a causé sa mort ainsi que celle de la passagère qu’il transportait à bord de son petit avion Cessna. Dans un rapport publié la semaine dernière, le Conseil national de la sécurité des transports américains (National Transportation Safety Board) assure que le crash de ce petit avion, survenu le 31 mai 2014 dans le Colorado (Etats-Unis), serait notamment dû à une erreur du pilote car il avait l’habitude de prendre des selfies en plein vol.

>> Psycho: Plus on fait de selfies, plus on a un profil de psychopathe

 

A l'appui de leur thèse, les autorités américaines ont sorti une GoPro retrouvée dans les décombres de l’appareil accidenté. Sur les images, on voit le jeune pilote de 29 ans proposer à ses différents passagers d’immortaliser la magie de ce vol à l’aide de son smartphone. Le manche à balai dans une main, il n’hésitait pas non plus, a priori, à envoyer des textos de l’autre.

Il pose avec son flingue et tire accidentellement

Apparu dans le dictionnaire anglais en 2013 entre les mots selfhood (individualité) et selfish (égoïste), le selfie –soit l’autoportrait réalisé avec son téléphone– n’en est pas à sa première victime. Rien que l’an dernier, les médias ont rapporté la mort de cinq personnes à travers la planète alors qu’elles venaient de se prendre en photo. Il y a d’abord eu, en avril, la Russe Xenia Ignatyeva, 17 ans, tombée juste après avoir figé son visage souriant sur une photo prise du haut d’un pont de neuf mètres à Saint-Pétersbourg (Russie).

>> Focus: Les cinq pires idées de selfie en 2014

Durant l’été, un Mexicain de 21 ans avait aussi défrayé la chronique. Alors qu’il venait de faire un selfie avec son arme posée, en signe de provocation, contre sa tempe, il a accidentellement pressé la détente. Même sort dramatique pour un couple de Polonais partis en vacances au Portugal. En s’approchant dangereusement de la falaise de Cabo da Roca pour faire un selfie, ils ont chuté sous les yeux de leurs enfants de 5 et 6 ans.

Une tentative de suicide après 200 selfies

Propulsée sur le devant de la scène par les people, les sportifs et les acteurs, la tendance du selfie risque fort de faire de nouvelles victimes à l’avenir. «C’est révélateur d’une forme d’exhibitionnisme dans notre société, analyse Michaël Stora, psychologue et fondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH). Il faut sans cesse montrer que l’on existe et que notre vie est passionnante.»


Oscars: Le making-of du selfie le plus tweeté... par 20Minutes

Lancés dans une course à l’audimat intime dans laquelle il faut recueillir le plus de «likes» (de «J'aime» sur Facebook) et de «followers» (d'abonnés sur Twitter), les internautes n’hésitent plus à prendre des risques inconsidérés pour avoir leur quart d’heure de gloire. Quitte à en devenir malade. En mars 2014, un Britannique de 19 ans a fini par faire une tentative de suicide, désespéré de ne pas trouver une photo de lui à son goût après avoir réalisé plus de 200 selfies en dix heures.

228 millions de selfies sur Instagram

«Pour beaucoup, cela révèle l’incapacité à être seul, poursuit Michaël Stora. C’est une forme de souhait de revenir à l’enfance où l’on n’existe finalement que dans le regard de ses proches.» Auteur d’une théorie démontrant que le téléphone portable agit aujourd’hui comme un «doudou sans fil», le psychologue ne voit pourtant pas que des mauvais côtés au selfie. «C’est un très bel outil pour montrer sa créativité. Mais il ne faut pas en faire pour soigner une pathologie plus profonde.


Vidéorama: Les seflies de l'extrême... par 20Minutes 

Un message directement adressé aux 228 millions d'utilisateurs du réseau Instagram qui ont utilisé, selon nos calculs, le mot-dièse «selfie» depuis la création de ce réseau social axé sur la photo. Et aussi aux «twittos» en tout genre qui ont été 92 millions à gazouiller la même expression en 2014. «Soit une augmentation de… 500% par rapport à 2013», d'après un porte-parole de Twitter.

Le cartel mexicain publie un selfie avec sa victime

Emotion et tristesse en octobre dernier pour les abonnés du compte Twitter @Miut3. La journaliste Maria del Rosario Fuentes Rubio, qui dénonçait via un pseudonyme, les activités des narcotrafiquants au Mexique, livre le message «Aujourd’hui, ma vie prend fin». En réalité, ses bourreaux issus d’un cartel l’ont assassinée d’une balle en pleine tête avant de prendre en photo son cadavre avec son propre téléphone et de la publier sur son compte personnel.