Plainte après une annonce pour un graphiste «si possible pas juif»

JUSTICE Une offre d'emploi sur internet indiquait chercher un infographiste «si possible pas juif»...

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran du site graphique-job.
Capture d'écran du site graphique-job. — 20 Minutes

SOS Racisme a déposé plainte ce mardi pour discrimination, après la publication d'une offre d'emploi sur internet d'une entreprise cherchant un infographiste « si possible pas juif ».

« C'est un cas avéré de discrimination publique fondée sur l'appartenance réelle ou supposée à une race, ethnie ou religion, ce qui est punissable par la loi », a déclaré à l'AFP une porte-parole de SOS Racisme, Aline Kremer.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a de son côté indiqué avoir saisi le Défenseur des droits, tandis que le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a affirmé attendre « qu'une enquête soit diligentée pour comprendre la chaîne de responsabilité ».

Messages indignés

L'affaire a fait le buzz sur twitter, avec des centaines de messages indignés, mais aussi des réactions à la limite de l'antisémitisme.

L'annonce, qui a été retirée, avait été publiée lundi sur le site d'emploi spécialisé dans les arts graphiques, www.graphic-jobs.com, par l'agence graphique NSL Studio, basée à Paris.

Cette entreprise s'est déclarée « étrangère aux propos à caractère antisémite qui ont été publiés le 2 février 2015 sur le site www.graphic-jobs.com », dans un communiqué sur son site internet, où elle annonce également qu'elle a « déposé plainte auprès du procureur de la République de Paris afin qu'une enquête puisse déterminer le responsable de cette publication ».

Piratage invoqué

« NSL Studio est une agence intègre qui ne fait pas de discrimination », a insisté l'entreprise, tout en précisant que « la personne en charge de l'annonce va être entendue, une enquête diligentée et des dispositions nécessaires prises s'il s'avère que cela provient bien de chez nous ».

Dans la matinée, NSL Studio avait affirmé sur son compte twitter qu'il s'agissait d'un « hack » (piratage) de son annonce.

Le site Graphic-Jobs.com a présenté ses excuses dans un communiqué, en reconnaissant que l'annonce est « malheureusement passée au travers du contrôle » de ses modérateurs et a été « diffusée pendant environ 35 minutes avant d'être supprimée ».