Evry: Des parents jugés pour avoir abandonné leur fils autiste qui s'était défenestré

JUSTICE Ils avaient aussi abandonné les traitements...

Maud Pierron

— 

Le tribunal de grande instance d'Evry, près de Paris, le 26 novembre 2013
Le tribunal de grande instance d'Evry, près de Paris, le 26 novembre 2013 — Bertrand Guay AFP

Enfermé à clé pendant trois jours en 2007 dans un appartement de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), Laurmand, 16 ans, atteint d'autisme sévère, avait fini par se défenestrer. Sa mère et son beau-père, jugés à partir de mardi à Evry pour «délaissement de personne hors d'état de se protéger ayant entraîné sa mort», étaient partis en vacances avec leurs deux autres enfants.

Le corps de l'adolescent est retrouvé le 7 novembre au matin par une habitante du quartier alors que personne, dans le voisinage, ne le connaît. Sept étages plus haut, la fenêtre d'un des appartements est ouverte. La porte d'entrée, elle, est verrouillée. Une fois à l'intérieur, la police ne retrouve aucune clé pour l'ouvrir.

Pas du tout autonome

Au téléphone, la locataire des lieux, Marie-Laure T., explique aux policiers qu'elle se trouve chez une amie, à Evreux, à environ 120 km de là, et qu'elle a laissé son fils seul dans l'appartement.

Sur place, les enquêteurs découvrent des documents administratifs, notamment l'attestation d'un médecin, qui indique que celui qui semble être la victime a besoin de «la présence constante d'une personne auprès de lui» et qu'il «ne peut réaliser les actes de la vie quotidienne seul». Placé en garde à vue, la mère donne des précisions: elle explique être partie deux jours plus tôt avec son compagnon et ses deux jeunes enfants pour «des vacances».

Sans traitement depuis trois ans

Elle assure aussi que Laurmand n'avait aucun problème de santé, ni d'intention suicidaire, seulement «un peu d'oubli». Les papiers médicaux ne le concernent pas, ce sont ceux du fils de sa cousine, certifie-t-elle, dont elle est toutefois incapable de donner l'adresse. Comme Laurmand est «autonome», elle a l'habitude de le laisser seul.

La version du beau-père, elle, varie sensiblement: l'enfant, autiste, ne parle pas, ne sort jamais de l'appartement, est incapable d'ouvrir la porte d'entrée et fait ses besoins sur lui. Sa compagne et lui, explique-t-il, l'enferment à clé quand ils partent. Ils verrouillent aussi la porte du salon, pour éviter que Laurmand ne le salisse.

Voilà trois ans qu'ils en ont la responsabilité, depuis qu'il a quitté, en 2004, le domicile de sa grand-mère maternelle au Congo, où il vivait depuis 1996. Son suivi médical et son traitement ont été interrompus, sans motif, par sa mère en 2006. Le jugement devrait être rendu jeudi.