«Si possible pas juif(ve)»: SOS Racisme porte plainte, l’entreprise très floue sur l'annonce antisémite

DISCRIMINATION L'entreprise va diligenter une enquête interne...

M.P.

— 

Capture d'écran du site graphique-job.
Capture d'écran du site graphique-job. — 20 Minutes

«Si possible pas juif(ve)». Il s’agissait de l’un des critères recherchés par une entreprise de graphisme pour embaucher un infographiste en CDI dans le 19e arrondissement de Paris dans une annonce publiée lundi. Une annonce évidemment supprimée quelques minutes après sa publication sur les réseaux sociaux en raison de son caractère discriminatoire et antisémite par le compte spécialisé en graphisme qui l'avait tweeté.

SOS-Racisme a indiqué lundi soir qu’elle avait porté plainte auprès du procureur de la Répulique de Paris.

Du côté de l’entreprise de graphisme, NSL Studio, on a bien du mal à se défendre. D’abord, l'entreprise a indiqué sur son compte twitter qu'il s'agissait d'un piratage et demandait de ne pas relayer cette annonce.

Puis un peu plus tard, un employé contacté par les Inrocks confirmait avoir mis cette mention mais sans visée discriminatoire: «On a mis ça par rapport aux horaires, on est un studio qui ne compte pas ses heures et qui travaille parfois dans des moments de rush. Donc on voulait quelqu’un qui ne tienne pas compte de ces soucis culturels ou religieux.» Cette personne a expliqué que certains au sein de l'entreprise ne souhaitaient pas mettre en avant cette mention, mais que dans tous les cas «ce n'était pas du tout discriminatoire».

«On ne fait pas de discrimination»

Une version qui a été corrigée un peu plus tard par le patron de cette société qui a contacté les Inrocks pour donner sa version: «On ne fait pas de discrimination, ça n’a rien à voir avec une histoire d’horaires. Cette annonce n’a pas été discutée. Nous l’avons publiée, sur deux autres sites, sans cette information. Si j’avais voulu transmettre cette information, elle aurait été identique sur tous les sites.»

Un peu plus tard, l'entreprise a publié un communiqué pour expliquer que «la personne en charge de l’annonce va être entendue, une enquête diligentée et des dispositions nécessaires prises s'il s'avère que cela provient bien de chez nous.»