Affaire du Carlton: Des écoutes autorisées par Matignon neuf mois avant l'instruction selon une enquête de Canal +

JUSTICE Selon ce documentaire, la présence de DSK dans le dossier du Carlton était connue des plus hautes autorités de l'État, notamment de Nicolas Sarkozy et François Fillon...

20 Minutes avec AFP

— 

Dominique Strauss-Kahn va comparaître à partir de lundi pour «proxénétisme aggravé» devant le tribunal correctionnel de Lille à partir de lundi.
Dominique Strauss-Kahn va comparaître à partir de lundi pour «proxénétisme aggravé» devant le tribunal correctionnel de Lille à partir de lundi. — AFP

Une enquête que diffusera lundi soir Canal+ affirme que l'affaire du Carlton, dans laquelle est renvoyé Dominique Strauss-Kahn, a donné lieu durant 9 mois à des écoutes administratives autorisées par Matignon, avant le début de l'enquête judiciaire au printemps 2011. L'ancien patron du FMI comparaîtra, avec d'autres prévenus, à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Lille pour «proxénétisme aggravé».

>> Affaire du Carlton: DSK, le roi de la fête, selon les juges

Des écoutes 9 mois avant l'information judiciaire

L'information judiciaire dans cette affaire, qui porte au départ sur des faits de proxénétisme dans le nord de la France, a été ouverte le 28 mars 2011. Le nom de DSK n'est apparu que de manière fortuite dans la procédure. Mais, selon l'enquête de Vanina Kanban, diffusée dans le cadre de l'émission «Spécial investigation», des écoutes administratives avaient déjà eu lieu dans ce dossier entre juin 2010 et février 2011, avant l'instruction judiciaire, et avaient manifestement déjà fait apparaître le nom de l'ancien patron du FMI. La journaliste fait état de la circulation, en mars/avril 2011, dans les cercles du pouvoir d'une «clé USB» contenant des écoutes dans lesquelles il est question de «DSK» et de «prostituées», sur la base du témoignage d'un «policier de haut rang», filmé caméra cachée, voix déformée et visage flouté. Il raconte que le contenu de cette clé a circulé à Matignon.

La présence de DSK dans le dossier du Carlton était connue de Sarkozy et Fillon

L'enquête journalistique tend à démontrer que la présence de DSK dans le dossier du Carlton était connue des plus hautes autorités de l'État, à savoir le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon, bien avant que son nom n'apparaisse dans la presse en octobre 2011. Et bien avant le scandale du Sofitel de New York (mai 2011) qui anéantira l'ambition de Dominique Strauss-Kahn de briguer l'Élysée.

Vanina Kanban a recueilli plusieurs témoignages corroborant l'existence de ces écoutes administratives, déclenchées à la suite d'un renseignement anonyme auprès de la police judiciaire de Lille sur la présence de prostituées dans un hôtel de luxe de cette ville.

Des écoutes «illégales» qui pourraient mettre en cause la validité du procès»?

Légalement, les écoutes administratives sont effectuées à la demande des ministres de la Défense, de l'Intérieur, des Douanes après autorisation écrite du Premier ministre. Elles sont détruites ainsi que leur transcription, après un laps de temps, et ne sont pas communiquées au juge. Elles sont réalisées dans 5 cas: sécurité nationale, prévention du terrorisme, prévention de criminalité et délinquance organisée, sauvegarde d'éléments essentiels du potentiel scientifique et économique, prévention de la reconstitution ou du maintien des groupes de combat et milices privées dissous.

Interrogé dans le documentaire, l'avocat François Saint-Pierre estime que pratiquer ces écoutes dans une affaire de prostitution est «illégal» et «peut mettre en cause la validité du procès».