Depuis les attentats, François Hollande est sous protection maximale

SECURITE La rue du Faubourg Saint-Honorée fermée à la circulation, plus de gendarmes et de policiers dans et autour du palais de l’Elysée. On ne lâche plus François Hollande depuis le 7 janvier…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président François Hollande escorté par des officiers de police, à la sortie de l'Elysée.
Le président François Hollande escorté par des officiers de police, à la sortie de l'Elysée. — Patrick Kovaric/AP/SIPA

Depuis les attentats de Charlie Hebdo, François Hollande est marqué de près. Les conditions de sécurité autour du président de la République ont été relevées. Cela se traduit notamment par la fermeture à la circulation  de la rue du Faubourg Saint-Honoré devant le palais, note Europe 1.

Le nombre de policiers, situés aux alentours du palais, et de gendarmes, positionnés eux à l’intérieur du bâtiment, a aussi augmenté.  Ils sont lourdement armés. De  fusils d’assaut, de gilets pare-balles, de mallettes en kevlar, liste Le Figaro qui a contacté Jean-Pierre Diot, vice-président de la Fédération française de la protection rapprochée.

Encore plus de motards lors des déplacements

Le dispositif de sécurité a aussi été renforcé pour les déplacements présidentiels. Les motards l’accompagnant sont plus nombreux qu’avant, indique Europe 1. La voiture de François Hollande doit rouler plus vite désormais et ne  jamais cesser d’être en mouvement.

Le  prochain coup de chaud pour le service sécurité du président sera le 21 février avec l’inauguration du Salon de l’Agriculture. Le bain de foule de François Hollande s’annonce complexe à gérer.