Le Foll veut réduire l'usage des pesticides de 50% d'ici 2025

AGRICULTURE Le ministre compte d'abord étendre le réseau de fermes pionnières sur le sujet qui ont «vu l'utilisation des pesticides baisser en moyenne de 12% en 2013»...

20 Minutes avec AFP

— 

Pulvérisation de pesticides sur un champ de pommes de terre, le 30 mai 2012 à Godewaersvelde, dans le département du Nord
Pulvérisation de pesticides sur un champ de pommes de terre, le 30 mai 2012 à Godewaersvelde, dans le département du Nord — Philippe Huguen AFP

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll va présenter vendredi un plan visant à réduire de 50% l'usage des pesticides d'ici 2025, en s'appuyant notamment sur les distributeurs de produits phytosanitaires. «On va fixer l'objectif d'une baisse de 50% en 2025, avec un palier intermédiaire de 25% en 2020», annonce le ministre dans un entretien dans Libération daté de vendredi.

Pour y parvenir, le ministre compte d'abord étendre le réseau de fermes pionnières sur le sujet qui ont «vu l'utilisation des pesticides baisser en moyenne de 12% en 2013», une performance notable quand on sait qu'en moyenne l'usage des pesticides a au contraire bondi de 9% sur l'année.

«Baisser de 20% le nombre de doses utilisées sur cinq ans»

Ces fermes dites Dephy sont aujourd'hui environ 2.000. «On va porter le nombre de ces fermes à 3 .000. Chacune entraînant dix exploitations autour d'elle, on parie sur l'effet tâche d'huile», explique Stéphane Le Foll.

Mais il souhaite également s'appuyer sur les distributeurs de produits phytosanitaires via la mise en place expérimentale de «certificats d'économie de produits phytosanitaires [CEPP]» qui les obligeront à «baisser de 20% le nombre de doses utilisées sur cinq ans» sous peine d'une pénalité financière.

Ainsi, «au lieu de vendre un produit, ceux-ci seront incités à vendre plus de services, c'est-à-dire apprendre aux agriculteurs à utiliser la juste quantité ou des techniques alternatives», poursuit le ministre.

Un plan de réduction des pesticides

En 2008, à l'issue du Grenelle de l'environnement, la précédente majorité avait bâti un plan de réduction des pesticides, baptisé Ecophyto, qui visait à réduire «si possible» de 50% l'usage des produits phytosanitaires d'ici 2018.

Mais un rapport piloté par le député PS de Meurthe-et-Moselle Dominique Potier, et remis le 23 décembre au Premier ministre Manuel Valls, a conclu à l'échec de ce plan.

Car entre 2009 et 2013, l'utilisation de pesticides a encore augmenté de 5%.