Tarifs des péages: Les sociétés d'autoroutes accusent le gouvernement de décrédibiliser la «signature de l’État»

AUTOROUTES La riposte aux annonces de Manuel Valls, ce mardi matin, ne s‘est pas faite attendre…

20 Minutes avec AFP

— 

Strasbourg le 11 07 2012. Circulation sur l'autoroute A4 à l'entrée de Strasbourg
Strasbourg le 11 07 2012. Circulation sur l'autoroute A4 à l'entrée de Strasbourg — G. VARELA /20 MINUTES

Les sociétés d'autoroutes ont annoncé mardi le lancement d'une procédure contre l'Etat, estimant que la suspension de la hausse des péages autoroutiers était une « décision unilatérale qui décrédibilise de façon durable la signature de l'État pour les contrats de partenariat public-privé».

Le gouvernement suspend la hausse prévue au 1er février

L’annonce a été faite ce mardi après-midi par l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa), dans un communiqué de presse. Un peu plus tôt dans la journée, Manuel Valls a annoncé la décision du gouvernement de suspendre la hausse des péages autoroutiers de 0,57% prévue le 1er février. Ceci dans l'attente des conclusions d'un groupe de travail sur l'avenir des concessions autoroutières

Ce groupe de travail est chargé d'examiner « les deux scénarios envisageables », à savoir une renégociation ou une résiliation des contrats de concession, rappelle Matignon dans un communiqué, ajoutant que le Premier ministre avait souhaité qu'un point d'étape soit effectué «d'ici à fin février».

L'Afsa a dénoncé le fait d'avoir appris "par la presse, au mépris des règles de communication financière imposées par l'AMF (Autorité des marchés financiers, ndlr), la décision de geler l'augmentation contractuelle des tarifs prévue le 1er février prochain.

Les sociétés d'autoroute affirment privilégier «la voie de la négociation». «Dans la mesure où celle-ci n'a malheureusement pas abouti à l'heure de la décision de gel des tarifs, il leur appartient, pour préserver leurs droits, d'entamer sans attendre une procédure contentieuse», ajoutent-elles.