Baobab, fonio ou graines de chia: Qu’allons-nous manger en 2015?

ALIMENTATION La tendance est toujours à la détox mais on pourra aussi déguster cocktails amers et beurres aromatisés…

Audrey Chauvet

— 

Un fruit du baobab.
Un fruit du baobab. — AFP PHOTO / GEORGES GOBET

En 2013, on s’est gavé de baies de Goji pour être au top. En 2014, on a fait une cure de kale jusqu’à ne plus pouvoir voir un chou vert en peinture. Qu’allons-nous mettre dans nos assiettes en 2015? Toujours des aliments santé, avec des nouveautés comme les graines de chia ou le fonio, mais aussi des petits plaisirs avec la mode de la motte de beurre aromatisée ou les cocktails amers. 20 Minutes a repéré quelques tendances qui montent.

>> A lire aussi: Insectes, algues, tofu: Que mangerons-nous en 2050?

Le «super-aliment» de l’année: le baobab

En poudre ou en boisson énergétique, le baobab pourrait être l’aliment vedette de 2015. Si le fruit du baobab, surnommé «pain de singe», ne semble pas très appétissant sous sa coque dure, sa pulpe peut-être réduite en poudre à incorporer dans les boissons, sauces ou yaourts auxquels elle donne un petit goût citronné. «C’est une excellente source de vitamine C qui protège également les cellules de l’oxydation liée au stress et contribue à la formation du collagène de la peau», explique le phytothérapeute Tipper Lewis au Huffington Post britannique.

Avec deux fois plus d’antioxydants que la baie de Goji, la poudre de baobab aiderait à récupérer après un effort, à se concentrer ou à renforcer le système immunitaire. Malgré son prix, de 18 euros les 160 grammes dans les magasins spécialisés, «le baobab tourne bien», confirme Jean-Luc, gérant du magasin Un monde vegan. La diététicienne Marie-Laure André est pour sa part plutôt sceptique sur l'utilisation de compléments alimentaires: «Le risque d'avoir un excès de certains nutriments peut être aussi nocif que le manque. Une alimentation saine et équilibrée, avec des produits de saison, couvre naturellement tous les besoins nutritionnels.»

Les aliments fermentés

Non, on ne parle pas de la bière, malgré le boom de la «biérologie». Les aliments fermentés sont plutôt des préparations à base de soja, comme le tempeh, ou de thé, comme le kombucha, aux vertus digestives. Ils contiennent également des probiotiques, comme certains yaourts, qui entretiennent la flore intestinale. «On ne mange plus uniquement pour se nourrir, réagit Marie-Laure André. On cherche des nouveautés avec un petit argument santé derrière. Par exemple, que ce soit facile à digérer, car notre alimentation tend en général à être trop grasse.»

Les graines et céréales, mais sans gluten

Si vous rêvez d’être un oiseau, vous devriez vous régaler en 2015. Bien sûr, vous pouvez toujours tenter de manger des insectes, mais préparez-vous surtout à picorer du fonio, une graine sans gluten qui se cuisine comme du couscous. «Le sans gluten se maintient comme un best-seller, observe-t-on dans le magasin Un monde vegan. Le pain sans gluten et le cheesecake sans lait, sans oeuf et sans gluten sont dans nos meilleures ventes.»

En 2015, on devrait aussi découvrir le teff, une graminée qui s’utilise comme le blé, les graines de chia, très riches en oméga 3, ou le kaniwa, le cousin du quinoa très riche en protéines. «Les céréales sans gluten répondent à un besoin pour les intolérants et les oméga 3 manquent en général dans notre alimentation en France, note la diététicienne. Ca ne peut pas faire de mal d'en consommer plus, mais il ne faut pas faire une fixation là-dessus...» 

Beurre, homard et café: On se fait aussi plaisir

Une fois qu’on aura bien détoxifié son corps, on pourra retourner dans les bars, qui devraient cette année suivre la tendance à l’amertume. Fini les verres hyper-sucrés, la tendance «bitter» devrait remettre au goût du jour les apéritifs italiens, déjà bien aidés par la mode du Spritz, mais aussi les bières très amères et, dans nos assiettes, le cacao cru.  Au rayon crèmerie, on devrait voir déferler les beurres aromatisés, aux herbes, aux épices ou aux algues. Les coffee-shops, où  l’on peut déguster du café torréfié sur place et issu de mélanges rigoureusement sélectionnés, devraient continuer à redorer l’image du petit noir au comptoir. Le homard pourrait lui se démocratiser pour devenir un ingrédient de sandwich. La tasse de café sera-t-elle bientôt plus chère qu’un demi-homard? Réponse en 2016.