Loi Macron: Les opposants au projet se font entendre ce lundi

GREVE Le projet de Loi Macron, débattu ce lundi à l’Assemblée nationale, ne plaît pas à toutes les professions. Plusieurs grèves et manifestations sont prévues…

Fabrice Pouliquen

— 

Un manifestant brandit un pannonceau de notaire lors d'une manifestations des professions juridiques qui contestent le projet de loi Macron, le 10 décembre 2014 à Paris
Un manifestant brandit un pannonceau de notaire lors d'une manifestations des professions juridiques qui contestent le projet de loi Macron, le 10 décembre 2014 à Paris — Martin Bureau AFP

L’Assemblée nationale ouvre ce lundi les débats sur le projet de loi Macron, pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques. Si le projet de loi a enregistré plusieurs évaluations positives de la part de commission créée pour juger de sa pertinence, il cristallise aussi des mécontentements. Tour d’horizon des manifestations prévues ce lundi.

Les syndicats d’Ile-de-France manifesteront à 13h à Paris

Les unions régionales CGT, FO, FSU et Solidaires d’Ile-de-France appellent à manifester le 26 janvier à Paris contre le projet de loi Macron, à l’ouverture des débats parlementaires, pour dénoncer un texte qu’ils qualifient de «régressif».

La manifestation débutera à 13h depuis le boulevard Haussmann, à proximité de la station de métro Chaussée d’Antin - La Fayette (9e arr.), précisent les organisateurs dans un communiqué envoyé vendredi.

Des grèves dans les aéroports 

La grogne est aussi dans les aéroports où les syndicats Sud Aérien, Solidaires, CGT, FSU et FO appellent à la grève, lundi 26 janvier 2015, de 1h à 24h, pour contester le projet de loi Macron. Les grévistes devraient notamment se mêler à la manifestation régionale unitaire qui partira du boulevard Haussmann, indique tourmag.com. «Cette grève ne devrait pas avoir un impact important sur le trafic aérien», assure le syndicat Sud Aérien.

Dans un tract commun, les syndicats estiment que ce projet de loi «conduirait au final à déréglementer de nombreux secteurs de l’économie: travail du dimanche, travail de nuit, libéralisation du transport de voyageurs par cars avec l’impact que l’on imagine sur l’environnement, faciliterait les licenciements et affaiblirait la justice prud’homale, etc…»

Les salariés du greffe également mobilisés

Les 221 salariés du greffe du Tribunal de commerce de Paris ont eux aussi déposé un préavis de grève reconductible pour la journée du 26 janvier, relate le site Internet Affiches parisiennes. Ils protestent contre l’article 19 de la Loi Macron qui prévoit notamment «la transmission par voie électronique à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) à titre gratuit d’un document valant original des inscriptions effectuées au greffe et des actes et pièces qui y sont déposés, dans un délai et selon des modalités qui seraient fixées par décret.» Cet article 19 aurait potentiellement des conséquences néfastes sur l’activité et l’équilibre financier des greffes. Là encore, malgré la grève, les services d’infogreffe resteront ouverts.

Magistrats et avocats unis contre la Loi Macron

Le projet de loi Macron suscite aussi une étrange alliance, relève L’Usine nouvelle. Celle du Syndicat de la magistrature et du syndicat des avocats de France (SAF). Ils contestent tous deux la réforme des prud'hommes et les nouvelles règles des licenciements économiques qui seront instaurées par la future loi Macron. Les syndicats du monde la justice reconnaissent qu’une réforme des prud'hommes était indispensable, mais contestent les choix retenus, «qui ne tiennent pas compte des travaux effectués avec le ministère de la Justice», déclare Sylvain Roumier, du SAF dans des propos repris par L’Usine nouvelle.

Les syndicats appellent à une mobilisation le temps de l’examen de la loi par le Parlement, du 26 janvier au 8 février. Certains conseils de prud'hommes feront des suspensions de séance, et ne traiteront que les référés. Avocats et magistrats devraient aussi gonfler les rangs de la manifestation prévue à 13h au départ du boulevard Haussmann.