Loi Macron: Plus de 60% des Français voteraient en faveur s'ils étaient députés

SONDAGE Le sondage indique qu'une nette majorité de Français approuve l'ouverture des magasins le dimanche...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, le 23 janvier 2015 à Paris
Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, le 23 janvier 2015 à Paris — Eric Piermont AFP

Environ six Français sur dix voteraient la loi Macron s'ils étaient députés, et ce, qu'ils soient sympathisants de gauche ou de droite, selon un sondage Odoxa-FTI Consulting-Les Echos-Radio Classique divulgué dimanche soir.

>>> A lire aussi: Comment la loi Macron a été modifiée

Au total, 61% des Français voteraient le texte qui sera débattu à partir de lundi à l'Assemblée, 38% voteraient contre et 1% se ne prononcent pas, indique ce sondage. «Chose rare, un véritable consensus apparaît» entre sympathisants de gauche, qui seraient 58% à voter la loi, et sympathisants de droite, qui seraient 60% à le faire, relève l'institut Odoxa. Les «apolitiques» seraient eux encore plus nombreux à la voter (62%).

Parmi les personnes interrogées, 64% estiment que la loi Macron est «importante pour l'économie française», 66% qu'elle n'est «pas vraiment une loi de gauche» et 75% que «les députés de droite devraient logiquement (la) voter».

Loi «fourre-tout»

Mais le sentiment domine d'un manque d'explication de texte de la part du gouvernement: seuls 27% des Français estiment que le gouvernement a bien expliqué la loi Macron. Tout comme l'idée qu'il s'agit d'une loi «fourre-tout» (60%).

Le sondage indique qu'une nette majorité de Français approuve l'ouverture des magasins le dimanche (69%), l'ouverture à la concurrence des professions réglementées (66%) et l'extension de l'épargne salariale (77%), trois des principales dispositions de la loi.

Quant à la perception de la politique économique du gouvernement, elle s'est améliorée de 12 points en un mois mais reste majoritairement négative: 73% de Français la jugent «mauvaise» contre 26% qui la jugent bonne.

Sondage réalisé les 22 et 23 janvier auprès d'un échantillon de 1.015 personnes représentatif de la population française adulte interrogé par internet.