Attaques terroristes à Paris: Jean-Marie Le Pen croit au complot

CONSPIRATION Le président d'honneur du Front national aime moins les retraductions de traduction...

N.Beu. avec AFP

— 

Jean-Marie Le Pen en août 2014 à Fréjus.
Jean-Marie Le Pen en août 2014 à Fréjus. — APERCU/SIPA

«Charlie Martel» récidive. Interrogé par la presse russe sur l'attaque terroriste qui a visé le journal satirique Charlie Hebdo, Jean-Marie Le Pen a cette fois émis des doutes sur la nature djihadiste de l'attentat. Dans un entretien paru vendredi dans le journal russe Komsomolskaïa Pravda, le président d'honneur du Front national avance ainsi que l'attaque «porte la signature de services secrets».

Le Pen s'interroge sur la découverte de la carte d'identité d'un des frères Kouachi, retrouvé dans la voiture abandonné lors de leur fuite, et qui a aidé les policiers à les identifier comme les auteurs de la fusillade qui a endeuillé la rédaction de Charlie Hebdo. «Ces passeports oubliés des frères Kouachi me font penser à l'avion en feu du 11 septembre 2001 et du passeport appartenant au terroriste retrouvé intact comme par magie», déclare Le Pen, selon des propos retranscrits en russe par le quotidien populaire.

Des accusations sans preuve

«On nous dit désormais que les terroristes sont des idiots et c'est pour cela qu'ils ont soi-disant laissé leurs papiers dans la voiture», poursuit-il. «La fusillade chez Charlie Hebdo porte la signature d'une opération de services secrets, mais nous n'en avons pas la preuve», ajoute Le Pen.

Les théories conspirationnistes se sont multipliées sur Internet, dès les premières heures de l'attaque la semaine dernière contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts. «Je ne pense pas que les organisateurs de ces crimes soient les autorités françaises, mais ils ont permis à ces crimes de se produire. Ce ne sont que des suppositions», conclut Jean-Marie Le Pen.

Après des reprises sur le Web français, Jean-Marie Le Pen a toutefois pointé des erreurs de traduction. «Je ne valide pas les retraductions en français d’interviews déjà traduites du français en russe, explique le président d'honneur du FN. Si on veut connaître mon avis sur tel ou tel sujet, je répondrai moi-même directement.»