Les maires de France veulent doter les policiers municipaux armés de gilets pare-balles

SECURITE L'Association des maires de France a fait des proposition après les attentats de la semaine dernière qui ont coûté la vie à une policière municipale, Clarissa Jean-Philippe...

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier municipal le 30 mai 2011 à Marseille
Un policier municipal le 30 mai 2011 à Marseille — Gerard Julien AFP

L'Association des maires de France (AMF) ne demande pas que tous les policiers municipaux soient armés, mais que ceux qui le sont «soient équipés d'un gilet pare-balles», a-t-elle fait savoir après une rencontre vendredi de ses responsables avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Lors de cette audience, le président de l'AMF François Baroin (UMP), accompagné de Christian Estrosi (UMP) et François Pupponi (PS), vice-présidents, a préconisé «le renforcement de la protection des agents dans l'exercice de leurs fonctions», après les attentats de la semaine dernière qui ont coûté la vie à l'un de ces agents, Clarissa Jean-Philippe, tuée à Montrouge par Amédy Coulibaly. Le nombre de policiers municipaux approche les 20.000, selon l'AMF.

L'association «souhaite tout d'abord que tous les policiers municipaux dotés d'une arme de poing soient équipés d'un gilet pare-balles et demande que l'Etat s'engage à cofinancer de façon pérenne l'achat de cet équipement», selon un communiqué.

Renforcer la communication avec la police et la gendarmerie

Selon elle, l'armement «doit rester conditionné par la demande du maire, en fonction des missions exercées, des lieux et des horaires d'intervention, et soumis à l'approbation du préfet. L'équipement en armes de poing ne peut en effet se décréter, et surtout pas dans l'urgence car il suppose, pour le moins, une formation préalable des agents et une organisation appropriée».

En outre, «l'AMF demande à l'Etat de généraliser les communications opérationnelles entre la police ou la gendarmerie nationales et les polices municipales». Elle «rappelle sa conviction, unanime et constante, que le rôle des polices municipales et leur doctrine d'emploi doivent continuer à être définis par le maire, conformément au cadre légal actuel sur la création et les missions relevant des polices municipales».

«Enfin, pour l'AMF, le développement et le renforcement des polices municipales ne doit pas se traduire par le désengagement des forces de police et de gendarmerie nationales sur le terrain , ajoute le communiqué de l'association, qui précise que « l'AMF participera prochainement à une réunion tripartite au ministère de l'Intérieur avec les syndicats de police municipale».