IVG: Le plan de Marisol Touraine pour améliorer l'accès à l'avortement

IVG La ministre de la Santé va présenter ce vendredi le Programme national d'actions pour améliorer l'accès à l'IVG, dont elle a annoncé quelques mesures au «Parisien»...

Delphine Bancaud

— 

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 13 octobre 2014 à l'Elysée
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 13 octobre 2014 à l'Elysée — Thomas Samson AFP

C'est aujourd'hui un droit, mais qui n'exerce pas toujours facilement. Ce samedi, il y aura quarante ans que la loi Veil dépénalisant le recours à l’avortement entrait en vigueur.

Si un tiers des Françaises ont recours au moins une fois dans leur vie à l'IVG, des difficultés d'accès demeurent. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, va donc présenter une série de mesures pour «faciliter le parcours de celles qui souhaitent avorter» et garantir un meilleur accès à l'IVG sur le territoire.

Un numéro d'information en septembre

Dans Le Parisien daté de vendredi, elle se prononce notamment pour «l'autorisation aux sages-femmes de pratiquer des IVG médicamenteuses et celles aux médecins des centres de santé, des IVG instrumentales». Pour lever les freins financiers, la ministre souhaite que toute la procédure soit remboursée intégralement. «Depuis 2013, l’acte est totalement remboursé par la sécurité sociale. Désormais, l’ensemble des actes associés à l’IVG le seront également, comme les échographies ou les examens de biologies médicales», indique-t-elle.

La ministre annonce aussi la mise en place, en septembre, d'un numéro national unique d’appel, «pour répondre aux questions sur la sexualité, la contraception et l’IVG».