Cyberdjihad: «19.000 sites Internet français» attaqués par des islamistes en quatre jours

CYBERESPACE «C’est la première fois que le pays est confronté à une telle cybercontestation», a estimé l’officier général cyberdéfense à l’Etat-Major des armées…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Capture d'écran du site internet du Ministère de la Défense.
Capture d'écran du site internet du Ministère de la Défense. — 20 MINUTES
«19.000 sites internet français ont été attaqués depuis quatre jours», a annoncé le vice-amiral Arnaud Coustillière, officier général cyberdéfense à l’Etat-Major des armées, ce jeudi lors d’un point presse. Le militaire, qui se base sur «des chiffres  de blogs spécialisés sérieux», estime que «c’est la première fois que le pays est confronté à une telle cybercontestation».
 

Ces attaques de «défacement», c’est-à-dire remplaçant la page d’accueil des sites, ont été menées par des «hackers islamistes». «Ces pages ont été remplacées par des drapeaux ou des messages islamistes», a précisé le vice-amiral.

Cellule de crise mise en place à la Défense

«Ces attaques sont de type opportunistes», a précisé l’ingénieur en chef de l’armement Frédéric Valette, responsable du pôle sécurité des systèmes d’informations au sein de la Direction général de l’armément. «De faible niveau» et menées par «n’importe quel geek», ces attaques, qui ont ciblé «des écoles ou encore une pizzeria», exploitent les failles de ces sites faiblement protégés.

Le site de la communication du ministère de la Défense, la Dicod, a été récemment attaqué, comme l’avait repéré 20 Minutes le 6 janvier. «C’est une attaque de faible niveau», a précisé le vice-amiral Arnaud Coustillière, qui souligne que des tentatives d’attaques sont toujours en cours. Deux autres attaques ont ciblé deux sites de l’armée de terre les 9 et 12 janvier, avec succès. Cependant, une autre petite dizaine d’autres attaques ont été rapidement déjouées. «Il y a des attaques par saturation ou défacement, mais pas par des virus», a précisé le vice-amiral.

Afin de contrer les cyberattaques visant la Défense française, «une cellule de crise opérationnelle en H24» a été mise en place, a déclaré le vice-amiral Arnaud Coustillière. Cette équipe vise à protéger «les différentes entités de la Défense des vulnérabilités».