«Charlie Hebdo»: En une du prochain journal, Mahomet tient une pancarte «Je suis Charlie»

MEDIA Décimé par un attentat islamiste, le journal satirique ne rend pas les crayons...

20 Minutes avec AFP

— 

La Une de Charlie Hebdo pour son prochain numéro du mercredi 13 janvier 2015.
La Une de Charlie Hebdo pour son prochain numéro du mercredi 13 janvier 2015. — CHARLIE HEBDO/AFP

Le journal satirique Charlie Hebdo, décimé par un attentat islamiste, a de nouveau dessiné le prophète Mahomet en Une pour son prochain numéro de mercredi et lui fait proclamer «Je suis Charlie».

Cible des islamistes justement pour avoir souvent caricaturé Mahomet, Charlie Hebdo représente en Une un prophète qui pleure, habillé de blanc, et tenant entre ses mains une pancarte «Je suis Charlie», le slogan mondial des manifestants contre l'attentat qui ont défilé par millions dimanche. Au-dessus du dessin, le journal titre «Tout est pardonné», un dessin signé Luz obtenu par l'AFP lundi soir.

>> Revivez les évnéments de lundi ici

Ce numéro dit «des survivants» -Luz est d'ailleurs l'un des rescapés de la fusillade de mercredi- sera tiré à trois millions d'exemplaires, contre 60.000 habituellement, et vendu dans 25 pays. Son distributeur MLP a déjà reçu une avalanche de demandes en France et à l'étranger, ce qui l'a décidé lundi à porter ce tirage exceptionnel à 3 millions d'exemplaires au lieu de 1 million prévus au départ.

Droit à l'irrévérence

L'avocat et porte-parole du journal, Richard Malka, avait rappelé lundi après-midi que les dessins de Mahomet et autres autorités de toutes les religions étaient habituels dans le journal depuis des années. «Dans chaque numéro de Charlie Hebdo depuis 22 ans, il n'y en a pas un où il n'y ait pas de caricatures du Pape, de Jésus, de curés, ou de rabbins, d'imams et de Mahomet» et «l'étonnant serait qu'il n'y ait pas» de dessins de Mahomet dans ce numéro, a déclaré Richard Malka.

Sur Europe 1, il a aussi réclamé le «droit à l'irrévérence» et déclaré que Charlie Hebdo n'est «pas un journal violent mais irrévérencieux», réfutant avec virulence toute accusation d'islamophobie.