Attaques terroristes à Paris: L'enquête avance sur le dossier Coulibaly

ENQUETE Les enquêteurs ont notamment découvert la planque d'Amedy Coulibaly...

Maud Pierron

— 

Des experts de la police scientifique le 7 janvier 2015 devant Charlie Hebdo.
Des experts de la police scientifique le 7 janvier 2015 devant Charlie Hebdo. — AFP

Au surlendemain du dénouement de la double traque -celle des frères Kouachi et celle d'Amedy Coulibaly-, plusieurs nouveaux éléments sont apparus ce dimanche. Au fur et à mesure des investigations, l’enquête avance, notamment sur le dossier Amedy Coulibaly. 20 Minutes fait le point.

La planque de Coulibaly découverte

De nombreuses perquisitions ont été réalisées au sud et au nord de la capitale dans la nuit de samedi à dimanche. La planque d’Amedy Coulibaly a ainsi été découverte à Gentilly (Val-de-Marne), en faisant parler ses relevés téléphoniques et les bornes activées par son téléphone. Dans cet appartement, les enquêteurs ont trouvé des cartes bancaires, une carte vitale et une carte d’identité à son nom, ainsi qu’un arsenal impressionnant: quatre pistolets Tokarev, un revolver, des munitions, des téléphones, des bombes lacrymogènes, un détonateur, un gyrophare, un gilet tactique, des jumelles. Résidant de Fontenay aux Rose dans les Hauts-de-Seine, il aurait occupé cet appartement à partir du 4 janvier. >> Lire par ici pour plus de détails

Une vidéo posthume de Coulibaly

Dans la matinée, une vidéo posthume montrant un homme se présentant comme Amedy Coulibal, a été diffusée sur les réseaux sociaux. Si les sources officielles ne l’ont pas officiellement authentifiée, l’ex-avocat d’Amedy Coulibaly a reconnu son ancien client selon Le Monde et des bannières semblables à celles vues dans la vidéo ont été retrouvées dans la planque. Dans ce document, on y voit Amedy Coulibaly se revendiquer une nouvelle fois de l’organisation de l’Etat islamique, réaffirmer qu’ils se sont organisés ensemble avec les frères Kouachi, qui ont «fait Charlie Hebdo» tandis que lui a ciblé la police «pour que ça ait plus d’impact». «Vous attaquez le califat, on vous attaque», dit-il, posant avec un gilet pare-balles ou près d'une arme automatique.

Fait notable, un insert écrit donne Coulibaly comme l’auteur de la mort de la policière à Montrouge, de la prise d’otage de la porte de Vincennes mais aussi comme étant le responsable de l’explosion d’une voiture à Paris. Or, aucun acte de ce type n’a été revendiqué, si ce n’est l’explosion d’une voiture à Villejuif, un acte qui n’était pas en lien avec la tuerie de Charlie Hebdo et la fusillade de Montrouge, assurait la police. Mais dimanche soir, le Monde assurait que la section antiterroriste avait repris l'enquête.  La vidéo est en cours d'analyse et elle devrait poser la question d'un ou plusieurs complices, à l'origine du montage et de la diffusion du film de 7 minutes. >> Lire par ici pour plus de détails.

Un lien avec les tirs qui ont grièvement blessé un joggeur

Ce mystérieux faits divers de Fontenay-aux-Roses pourrait s’éclaircir un peu: la police a fait un lien entre Amedy Coulibaly et les trois tirs qui ont grièvement blessé un joggeur mercredi soir à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). L’homme a pris trois balles dans les jambes et le dos et son pronostic vital est toujours engagé. Ce lien a été fait entre «les étuis percutés découverts à Fontenay-aux-Roses» et le pistolet Tokarev retrouvé dans le supermarché casher. L’homme avait été agressé sans raison. L’enquête a été du coup reprise par  la section antiterroriste du parquet de Paris. >> Lire par ici pour plus de détails

Sortie de garde à vue, la femme de Cherif Kouachi condamne les actes de son époux

La femme de Cherif Kouachi est sortie dimanche de garde à vue au bout de 72 heures. Et cette jeune femme, d’après son avocat Me Christian Saint-Palais, «a condamné les actes de son époux». Lors de garde à vue, elle a «exprimé son indignation et sa condamnation de la violence». Elle a également exprimé «sa pensée pour les victimes» et a eu «la même réaction que la communauté nationale». L’épouse de Cherif Kouachi a affirmé qu’aucun signe chez son mari ne laissait présager un passage à l’action terroriste et s’est dite «stupéfaite». >> Lire ici pour plus de détails

L’émir qui a radicalisé les frères Kouachi élève infirmier à la Salpêtrière

C’est l’information à peine croyable de la journée: Farid Benyettou, l'ancien émir de la filière djihadiste des Buttes-Chaumont, celui qui a radicalisé les frères Kouachi, était infirmier jusqu’à cette semaine à la Pitié-Salpêtrière, l’hôpital où sont arrivés les blessés de Charlie Hebdo. Sorti de prison en 2011 après sa condamnation à 6 ans de prison pour des faits terroristes, Farid Benyettou avait entamé des études d’infirmiers et  était depuis décembre en stage aux urgences de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (13e arrondissement).  Il ne travaillait pas le mercredi,  jour de la tuerie, et a depuis été retiré du planning, a indiqué l’AP-HP. >> Lire ici pour plus de détails