Attaque de «Charlie Hebdo»: Mourad Hamyd, présenté à tort comme le 3e homme, «sous le choc»

TEMOIGNAGE «Cet attentat, c'est un crime horrible», a dit le jeune homme...

M.P. avec AFP

— 

Le commissariat de Charleville-Mézières, où était entendu Mourad Hamyd, le 8 janvier 2015
Le commissariat de Charleville-Mézières, où était entendu Mourad Hamyd, le 8 janvier 2015 — Francois Lo Presti AFP

La famille et des proches de Mourad Hamyd, le jeune homme présenté à tort comme le troisième homme de l’attaque de Charlie Hebdo, sera présente au rassemblement républicain à Charleville-Mézières. «Nous y serons car nous condamnons ces actes barbares, nous voulons dire que l’islam ce n’est pas ça», a expliqué un proche du lycéen à L’Obs. Lui n’y sera pas, il aspire simplement à retrouver l’anonymat.

Mercredi soir, Mourad Hamyd s’est présrenté au commissariat de Charleville-Mézière de son plein gré après avoir vu son nom tourner sur les réseaux sociaux comme le troisième homme des attaques de Charlie Hebdo. Or, le jeune homme était en cours. Mis hors de cause, le lycéen a toutefois été placé en garde à vue pendant 48 heures car il est le beau-frère de Cherif Kouachi.

«On a jeté en pâture mon nom sans vérifications»

«J'étais sidéré, complètement dépassé par les événements mais les policiers ont été très corrects avec moi», a expliqué le jeune homme dans un entretien avec l'AFP. «Cet attentat, c'est l'horreur, c'est un crime horrible et je pense aux victimes et à leurs familles», a commenté le garçon, qui était totalement inconnu des services de police.

«Je suis sous le choc, on a dit des choses horribles et fausses sur moi dans les réseaux sociaux alors que je suis un lycéen normal qui vit tranquillement avec ses parents», a affirmé l'élève de terminal ES qui espère suivre des études de médecine.  «On a jeté en pâture mon nom sans vérifications, en me mêlant à ces crimes barbares. J'espère seulement que cela n'entachera pas mon avenir», a poursuivi le jeune homme..

«Je n'ai rien à voir avec cette histoire, Chérif est juste mon beau-frère avec qui nous avons des rapports assez lointains», a-t-il expliqué sans vouloir en dire plus sur l'auteur de l’attentat contre le journal. Chérif, le cadet des deux frères Kouachi qui a épousé sa soeur, vivait en région parisienne et ne venait que très rarement dans les Ardennes, a encore indiqué Mourad Hamid. Les deux frères Kouachi ont été tués vendredi lors de l'assaut de l'imprimerie dans laquelle ils étaient retranchés.